Actualité théâtrale

Au Théâtre 14 jusqu’au 15 mars, en tournée ensuite

« Le quai de Ouistreham »

Florence Aubenas, grand reporter, travaillait pour Libération quand elle a été capturée et retenue plusieurs mois en otage en Irak. Après son retour, elle a quitté Libération pour le Nouvel Observateur. En 2009, on ne parlait que de la crise et elle s’est demandé comment en parler de l’intérieur. Elle a alors quitté son confort parisien, est partie pour Caen, où elle ne connaissait personne et s’est inscrite à Pôle Emploi en gardant son identité mais en disant qu’elle n’avait jamais travaillé et se trouvait obligée de le faire après une rupture. Femme sans diplôme sauf le bac, plus de 45 ans, elle ne s’est vu proposer que des emplois d’agents d’entretien. Elle a alors plongé dans ce monde des invisibles, le plus souvent des femmes qui s’échinent tôt le matin et tard le soir à astiquer, faire briller toilettes et cabines des ferrys ou des bureaux. Le dos cassé, traînant des chariots emplis de produits et d’instruments de nettoyage, tenues à des tâches pour lesquelles le temps imparti est impossible à tenir, enchaînant les horaires tronqués, obligées de courir d’un boulot et d’un lieu à l’autre pour gagner simplement de quoi survivre. Comme elle l’avait décidé, elle a arrêté, quand au bout de six mois de bagne, on lui a proposé un CDI. Elle en a tiré un livre Le quai de Ouistreham , qui va droit aux faits et empoigne le cœur du lecteur.

Théâtre : Le quai de Ouistreham

Louise Vignaud a mis en scène ce texte qui n’était pas écrit pour le théâtre. Sur scène un paper-board, qui donne leur caractère sérieux aux stages et instructions fournis aux candidats par les agence de Plein Emploi, une chaise, une bouteille de Yop, secours des employées qui ne trouvent pas le temps de manger tout occupées qu’elles sont à courir d’un boulot à l’autre. C’est Magali Bonnat qui se confronte au témoignage. Avec humour, sincérité, délicatesse, elle recrée les situations et nous interpelle. Elle n’incarne pas celles qu’elle rencontre, mais elle les évoque d’un geste, d’une attitude. Campée mains dans la ceinture elle est la cheffe autoritaire, grattant le sol débordant de crasse, elle est « l’agent de propreté » qui se dépêche sous les réprimandes des petits chefs jamais contents. Elle parle de l’attente du ferry au petit matin, bras croisés collés au corps et l’on sent le froid du quai où se croisent les passagers du ferry qui descendent et les invisibles qui vont réparer les dégâts de la nuit.

La comédienne porte avec talent le témoignage du quotidien de ces forçats du nettoyage si bien dépeints par la journaliste.

Micheline Rousselet

Mardi, mercredi et vendredi à 20h, jeudi à 19h, samedi à 16h

Théâtre 14

20 avenue Marc Sangnier, 75014 Paris

Réservations : 01 45 45 49 77 ou www.theatre14.fr

Tournée : du 19 au 28 mars Théâtre de la Croix Rousse à Lyon, du 31 mars au 4 avril Scène nationale de Sète, 8 avril Le pied aux planches Largentière

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)