Actualité théâtrale

Au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 6 avril 2013, puis en tournée.

"Le retour d’Ulysse dans sa patrie" Opéra de Claudio Monteverdi Mise en scène Christophe Rauck, direction musicale Jérôme Correas.

La guerre de Troie s’est achevée depuis une dizaine d’années. Pénélope attend le retour d’Ulysse à Ithaque.

Nul ne sait s’il est toujours vivant, mais en dépit de l’incertitude qui plane à son propos, l’épouse reste fidèle et repousse les propositions des prétendants.

Il réapparaît au Palais sous l’aspect d’un mendiant et se fait reconnaître à l’occasion d’une épreuve à l’arc à laquelle Pénélope soumet les prétendants.

Entreprendre de proposer au public en 2013, "Le Retour d’Ulysse dans sa Patrie", l’Opéra de Claudio Monteverdi, c’est explorer en musique les thèmes intemporels et humains que sont le destin, l’errance, la solitude, la fidélité, la tentation, la liberté.

Christophe Rauck relève le défi et réussit, dans une tonalité à la fois luxueuse et d’une grande simplicité, un spectacle brillant, éclatant, lumineux dont l’humour et les paillettes ne détournent jamais du propos.

Et c’est peut-être, dans la lente progression de sa mise en scène, depuis la retenue discrète des premières scènes jusqu’à l’éclat d’une grande beauté esthétique des scènes finales, quand il laisse aller le spectacle au gré de son inventivité, de ses audaces, de ses clins d’œil, de sa vision potache, qu’il atteint à la couleur d’un vrai spectacle contemporain.

Il joue avec bonheur sur les différents types de personnages, livrant à chaque catégorie et à chacun, une partition sur mesure.

Les héros s’expriment dans un récitatif expressionniste. Les Dieux d’une façon fleurie et virtuose. Quant aux seconds rôles dont Christophe Rauck utilise la gouaille, il les charge de créer la surprise et l’événement, semblant leur laisser la bride sur le cou pour faire avancer l’action.

Si, comme le dit le metteur en scène, le génie de l’Opéra est dans la musique, ici le théâtre est loin d’être en reste. Et si la mise en scène, quoique très drôle, avec parfois des clins d’œil audacieux, n’est jamais tapageuse, si elle ne déborde jamais les limites de son périmètre, elle impose par un esthétisme non esthétisant une profusion de couleurs et de trouvailles toujours bienvenues, dans la conception des costumes, dans le jeu d’une grande simplicité de panneaux mobiles, dans la délicatesse du décor et des lumières.

Christophe Rauck réussit, en brassant plusieurs genres, un spectacle qui, tant sur un plan musical, vocal, qu’en tant que théâtre pur, tient plus de trois heures durant, le spectateur en état d’émerveillement.

Francis Dubois

Le spectacle se donnera à l’Opéra de Nice les 31 mai, 1er et 2 juin 2013

Théâtre Gérard Philipe, Centre dramatique National de Saint-Denis 59 boulevard Jules Guesde 93 200 Saint-Denis.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 13 70 00

www.theatregeradphilipe.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)