Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 février au Poche Montparnasse

« Le rêve d’un homme ridicule » Réduc’Snes

« Je suis un homme ridicule. Maintenant ils disent que je suis fou. » C’est ce que déclare le héros de ce conte fantastique de Dostoïevski. Bien décidé à se suicider, il rencontre, un soir sur son chemin, une petite fille misérable qui lui demande de l’aide. Il la repousse, rentre chez lui et s’endort dans son fauteuil où il se met à rêver qu’il découvre une autre terre, une terre où les hommes sont bons, aiment la nature et les animaux, vivent libres et heureux. Dans cette courte nouvelle écrite en 1877, entre L’idiot et son œuvre ultime Les frères Karamazov , on retrouve certains des questionnements qui hantent l’écrivain : l’homme est-il fondamentalement mauvais, la rédemption est-elle possible, quelle est la place de Dieu ?

théâtre : le rêve d'un homme ridicule

Mis en scène par Olivier Ythier, dans un décor sombre où l’espace est seulement occupé par un banc, Jean-Paul Sermadiras est le narrateur. Vêtu d’un pardessus, aussi sombre que le décor, il s’adresse à nous directement. D’une voix douce il nous conte son rêve, la terre qu’il y découvre où la souffrance, la jalousie, les rivalités sont absentes, où les hommes savent ce qui leur est nécessaire et sont dans une union intime avec l’univers. Brusquement son ton change. Des tambours résonnent, des éclairs de lumière zèbrent l’espace, l’homme dessine sur son visage des peintures de guerre avant de le barbouiller entièrement de blanc. Il hurle « Je les ai tous corrompus … je leur ai menti » Dès lors ces hommes vont connaître la méchanceté, le mensonge, la jalousie, la luxure, se battre et maltraiter les animaux. Ils parleront des langues différentes et pratiqueront des religions différentes. Ils invoqueront la science censée leur apporter la sagesse, parleront de fraternité et de justice et inventeront la peine de mort. L’acteur se dévêt, s’assied devant une bougie comme devant un feu qui le réchaufferait dans ce chaos glacé qu’il a créé, avant de revenir au calme du matin, du réveil où il proclame « Je ne veux pas croire que le mal soit le chemin des hommes »

Une belle occasion de découvrir cette nouvelle empreinte d’une atmosphère mystérieuse, qui nous parle d’une utopie perdue, un texte dérangeant.

Micheline Rousselet

Le lundi à 19h, le dimanche à 15h

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)