Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Michele Placido (Italie)

"Le rêve italien" Sortie en salle le 10 mars

A vingt ans, Michele Placido, qui a intégré la police romaine, donne de la matraque dans les manifestations d’étudiants contre la guerre au Vietnam !
Une prise de conscience sans doute liée à sa rencontre avec une jeune fille engagée dans le militantisme, opère bientôt chez lui une reconversion idéologique. Dans le même temps, il tente le concours d’entrée à l’Académie d’Art Dramatique de Rome qu’il réussit contre toute attente et où il est pris en main par un professeur qui a flairé ses capacités d’acteur. Il deviendra comédien et réalisateur. Un de ceux que la crise du cinéma italien aura à peu près épargné.
"Le rêve italien" (pourquoi ne pas avoir conservé le titre original "Il grande sogno" ?) raconte l’histoire de cette reconversion et à travers elle, l’engagement dans l’action des grands moments de mai 68 des enfants de l’Italie catholique et conservatrice qui ont, en défiant l’ordre établi et bafoué les idées de leurs parents, profondément bouleversé les équilibres familiaux.
Nicola, un jeune policier romain originaire des Pouilles rêve de devenir acteur. Une des missions qu’on lui confie, sans doute à cause de son physique juvénile, est d’infiltrer le milieu estudiantin en pleine effervescence. C’est dans ces circonstances qu’il fait la connaissance de Laura, une jeune fille issue de la bourgeoisie catholique, très impliquée dans les actions de rues, co-leader d’un groupe actif et qui caresse, comme beaucoup d’autres, l’idée d’un avenir plus juste.
L’étudiante se retrouve à la fois courtisée par Nicola et par Libero un garçon engagé dans l’action à ses côtés. Giulio et Andrea, les deux frères de Laura sont également impliqués dans le climat de contestation. Mais Laura découvre un jour que Nicola est un policier introduit au sein du mouvement étudiant…
"Le rêve italien" est l’histoire d’un parcours initiatique, des destins croisés de jeunes gens, engagés à différents degrés dans la grande aventure de soixante huit, le grand rêve qui a servi de ciment idéologique à toute une génération. C’est aussi l’affirmation d’un individu à travers un mouvement collectif. C’est la belle histoire d’un grand amour sacrifié. C’est à la fois l’histoire intime de quelques uns et l’Histoire d’une époque dont on mesure aujourd’hui à quelle point elle a été essentielle. C’est aussi l’histoire du cinéma, de jeunes gens qui fréquentaient les salles d’Art et Essai, qui se passionnaient pour les films de Bergman et découvraient Bellochio, ceux qui allaient voir "Les Parapluie de Cherbourg"…
Michele Placido nous livre sa propre histoire à travers cette fiction passionnée, conduite avec une grande ferveur et beaucoup d’émotion.
Un beau film. Une belle occasion pour se souvenir ou pour découvrir…
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sergio et Sergei »
    1991. La guerre froide est terminée et l’URSS s’écroule. Sergei, un cosmonaute russe est resté coincé dans l’espace, oublié par les soviétiques qui ont d’autres chats à fouetter. A Cuba, grâce à une... Lire la suite (25 mars)
  • « Companeros »
    En 1973, l’Uruguay bascule dans la dictature. Des opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Le film de Alvaro Brechner s’attache aux terribles conditions... Lire la suite (24 mars)
  • « C’est ça l’amour »
    Depuis que sa femme a quitté le domicile, Mario assure le quotidien domestique et s’occupe seul de ses deux filles, Fida, quatorze ans, qui lui reproche le départ de sa mère et Niki, dix-sept ans, en... Lire la suite (23 mars)
  • « Still Recording »
    En 2011, Saeed a vingt ans. Étudiant ingénieur, il quitte Damas pour Douma et pour participer à la révolution syrienne. Quelque temps plus tard, il est rejoint par son ami Milad, étudiant aux... Lire la suite (23 mars)
  • « Sunset »
    1913, Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. Son retour a Budapest est motivé par le désir de travailler dans le magasin de chapeaux dont autrefois, ses... Lire la suite (19 mars)