Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Zhang Tao (France -Hong Kong -Chine)

« Le rire de madame Lin » Sortie en salles le 27 décembre 2017.

Dans un village du Shandong, une vieille paysanne fait une chute dans la modeste habitation où elle réside et où elle a toujours vécu. Ses enfants utilisent l’argument de cet accident, même s’il n’a laissé aucune séquelle, pour déclarer que l’aïeule est désormais inapte à vivre seule et pour l’inscrire malgré elle dans un hospice.

En attendant qu’une place se libère dans l’établissement, le vieille dame va faire de courts séjours chez chacun de ses enfants puisqu’aucun d’entre eux, pour des raisons variant de l’un à l’autre, ne veut la prendre en charge.

Elle va ainsi, de famille en famille, tandis que son état de santé se détériore et que les rapports familiaux se dégradent.

Mais un beau jour, elle est prise de fous-rires convulsifs...

Cinéma : le rire de madame Lin

La grand mère du réalisateur s’est suicidée par pendaison à quatre-vingt seize ans, aussitôt après que ses enfants lui ont annoncé qu’ils la plaçaient dans un hospice.

Il a pris conscience, à la lumière de l’événement, du manque d’empathie de sa famille, des amis et des voisins qui se sont empressés pour considérer le suicide de l’ancêtre comme une chose normale, une fin heureuse, voire un soulagement. Il a su, au fil de recherches, que la Chine a le troisième taux de suicide au monde chez les personnes âgées.

L’idée de réaliser un film sur le sujet est née du suicide de sa grand mère mais également d’un constat de la dégradation des liens entre les générations et encore par l’état de vulnérabilité de plus en plus marqué des paysans chinois exposés au chômage, à la paupérisation, aux crises économiques.

Depuis, avec l’ouverture de la Chine au marché et le passage du socialisme au capitalisme, les valeurs traditionnelles sont entrées en conflit avec les valeurs du libéralisme et les traits de la société de consommation.

La grand mère du film représente la Chine ancienne et ses traditions. Elle a vécu les mutations, l’érosion des traditions au profit d’un individualisme exacerbé.

Le sort de ces femmes dépositaires des traditions et témoins directs de l’histoire de la Chine contemporaine est maintenant de mourir dans la misère et dans le solitude.

Chacune des branches de la famille de madame Lin représente une facette de l’envers du boom économique : paysans appauvris, petits commerçants qui voient fondre les économies d’une vie, enfants entrant dans la délinquance ou partant tenter leur chance vers les grandes villes qui les fascinent.

Et la manière peu reconnaissante que chacun a à l’égard de la grand mère n’est que l’expression du désarroi, de la rancœur et de la colère que suscite en eux ce monde qu’ils ne comprennent plus ou qui n’est plus pour eux.

Des acteurs professionnels n’auraient pu jouer le rôle de ces paysans aussi bien que les paysans eux-mêmes et aucun décorateur n’aurait pu rendre l’environnement où ils vivent que la réalité de ces murs écaillés, de ces froides basses-cours bourbeuses et de ces arrière-boutiques.

Les fissures des murs, tout comme les rides profondes sur le visage de la vieille dame, sont ici authentiques...

Le plus souvent filmé en plans-séquences, « Le rire de madame Lin » est le constat poignant d’une déshumanisation de nos sociétés perverties et de leurs dérives de plus en plus incontrôlables.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)