Actualité théâtrale

au Théâtre de l’Aquarium, jusqu’au 29 mai 2011

"Le sang des amis" de Jean-Marie Piemme, mise en scène Jean Boilot

De la mort de César trahi par son protégé Brutus, lui même trahi par son propre camp, jusqu’à la victoire d’Octave sur son ami Antoine, amoureux de Cléopâtre, c’est le mécanisme et la furie de la guerre qui nous est montrée, dans un parti pris de mise en scène résolument novateur, sur le plateau du Théâtre de l’Aquarium.
Le travail de Jean-Marie Piemme pour l’écriture, et de Jean Boilot pour la mise en scène, s’appuie sur deux pièces de Shakespeare "Jules César" et "Antoine et Cléopâtre" ; si le tracé de la tragédie romaine est intact, le récit ne nous renvoie pas moins, de façon saisissante, à notre début de vingt et unième siècle.
La guerre civile, totalement réinventée mais historiquement fidèle, nous est narrée ici par une poignée de comédiens inspirés, entraînés par une mise en scène énergique, et pour le moins inventive, qui exploite autant le cocasse que la drame du récit.
A huit, ils endossent une quarantaine de rôles et passent sans cesse avec maestria du clownesque à l’épique, et du langage attendu à des répliques vives et résolument actuelles, pour mieux faire se succéder, dans un incessant tourbillon, serments d’amour et discours politiques, professions de foi et mensonges éhontés.
Amitié la main sur le cœur, trahison si nécessaire au nom de la liberté et de la république, course au pouvoir, conflits fluctuants dictés sans vergogne par un opportunisme de bas étage, mondialisation, l’Histoire romaine se prêtait à cette reconstitution pour nous prouver, si nous ne le savions déjà, que le mécanisme du fonctionnement du monde est universel et intemporel, et qu’il trouve un parfait écho dans notre histoire contemporaine.
Si l’adaptation que propose Jean-Marie Piemme des deux pièces de Shakespeare, à partir de récits et saynètes, revient à un théâtre du politique, celui qui montre ce que dit la politique et ce que le politique ne peut pas dire, elle amène aussi à une réflexion sur le théâtre, sur l’association de la rigueur et de la plus grande liberté dans la narration.
Ici le spectacle est espiègle, potache, libre de choisir les chemins les plus risqués, les digressions les plus osées pour revenir à l’exigence de la vérité historique, à la vraie dimension dramatique et c’est ce mélange de genres, une mise en scène aussi délirante que rigoureuse, qui composent ce spectacle magnifique à tous points de vue, réjouissant d’intelligence et qui nous captive d’un bout à l’autre par des choix formels toujours imprévisibles.
La collaboration de Jean-Marie Piemme et Jean Boilot donne un résultat qui pourrait se rapprocher des adaptations créatrices novatrices et toujours réussies de Gwenaël Morin en France, ou de Daniel Veronese, dramaturge et metteur en scène argentin.
Francis Dubois

Théâtre de l’Aquarium
La Cartoucherie
Route du champ de manœuvre 75 012 Paris
Du mercredi au vendredi à 20h30, le samedi à 16h et 20h30, le dimanche à 16h.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 74 72 74 / www.theatredelaquarium.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)