Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Oliver Schmitz (Afrique du Sud)

"Le secret de Chanda" Sortie en salles le 1er décembre 2010

Dans un village proche de Johannesburg, Chanda vit avec sa mère, son beau-père alcoolique et ses demi frère et sœur. La dernière née de la famille vient de mourir et il faut trouver de l’argent pour les obsèques. Mais Chanda, élève brillante, obligée de déserter les bancs de son école pour maintenir la barque de la famille hors de l’eau, a aussi d’autres préoccupations. Elle a besoin de lever le secret sur les raisons qui poussent sa mère malade à fuir le village.
L’Afrique du Sud est le pays le plus contaminé par le virus du Sida. On y compte 5,7 millions de séropositifs. 1500 personnes y contractent la maladie chaque jour et on a répertorié 350 000 décès en 2009.
Le film est dédié aux 1,4 million d’orphelins du sida, souvent ignorés du gouvernement sud-africain ou d’autre institutions et obligés de subvenir seuls à leur survie.
Le film de Oliver Schmitz est une œuvre bouleversante et pudique sur le sujet. En Afrique du Sud la maladie est un sujet tabou et reste généralement liée à des croyances persistantes, mauvais sorts, superstition ou histoires de sorcellerie, et les malades, dans l’esprit de la majorité de la population, moralement responsables de leur mal, sont considérés comme des pestiférés, lâchés par tous. Des êtres maléfiques qu’il faut à tout prix éloigner et laisser mourir, comme ils le méritent, dans la plus profonde solitude, livrés à la douleur et à une lente agonie.

"Le secret de Chanda" se concentre sur le combat d’une gamine de douze ans que les circonstances de l’existence obligent à tirer un trait sur son enfance et à se comporter comme une adulte responsable. Elle a instinctivement conscience de ce qu’est la maladie et comprend, face aux symptômes que présente sa mère qu’elle en est atteinte. A l’inverse de tous ceux qui nient la maladie ou rejettent les malades, elle a compris qu’il lui faudra se battre sur deux fronts : permettre à sa mère de mourir chez elle et non comme une bête, sous un arbre, sans le moindre soutien et amener les villageois à porter un autre regard sur le sida.

© ARP Sélection

Elle y parviendra grâce à se farouche détermination, guidée par son seul instinct. L’y aidera une amie de son âge, orpheline du sida rejetée par tous parce que, pour subsister, elle est obligée de se prostituer.
En l’accueillant dans la maison et en affichant avec elle des rapports naturels, elle aura fait tomber le premier tabou…
Un beau film généreux porté par deux jeunes comédiennes remarquables de justesse.
Un film nécessaire.
Francis Dubois

ARP, distributeur du film, a décidé d’offrir la recette du 1er décembre à la Fondation Desmond Tutu pour soutenir les Tutu Tester

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)