Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

"Le sel de la mer" un film d’Annemarie Jacir (sortie sept. 2008)

Soraya est née à Brooklyn. Elle y a grandi. A 28 ans, elle décide de venir vivre en Palestine d’où sa famille qui en était originaire, s’est exilée en 1948.
Emad , palestinien, lui ne rêve que d’en partir pour toujours. Il attend un visa qui lui est régulièrement refusé. Il a le Canada en tête.
Leur chemins se croisent au moment où la banque refuse à Soraya la possibilité de récupérer l’argent de ses grands parents gelé sur un compte à Jaffa et où le restaurant qui emploie Emad suspend le paiement des traitements.
Pour lutter contre l’injustice et échapper aux contraintes liées à la situation du pays, l’un et l’autre, flanqués d’un cinéaste marginal, vont décider de transgresser les lois. Cette liberté volée, comme une parenthèse heureuse, les conduira sur les traces de leur histoire en Palestine…
Le film d’Annemarie Jacir dénonce un état de faits, une situation qui fait quotidiennement obstacle à une existence normale légitime. L’histoire du tournage du film a connu de nombreuses difficultés. La nécessité pour que son film vive, qu’il voie le jour et soit reconnu est à l’image de l’histoire et de ses personnages qui ne connaîtront un semblant de liberté qu’à partir du moment où ils auront transgressé la loi. Quand l’illégalité est partout – il est par exemple illégal pour un palestinien de construire sa maison-, il ne reste sans doute plus qu’à contourner la règle, à prendre le risque de vivre en hors la loi.
Cette liberté que les personnages du film auront volée va les conduire aux limites de leurs joies et de leurs souffrances. Soraya va retrouver pour un moment la maison de Jaffa que son grand père à quittée en 1948 et Emad, son village d’origine dont il ne reste que des ruines et où, le temps de quelques jours, il caresseront le projet fou d’y reconstruire leur vie.
Comme on ne construit rien sur des ruines, la réalité d’une situation va rattraper l’histoire et les personnages.
Alors que les livres ont été interdits, que des écrivains, des artistes ont été assassinés, le cinéma prend la relève comme moyen différent d’expression.
Un film comme "Le sel de la mer" est nécessaire. Il l’est d’autant plus qu’il n’est ni didactique, ni haineux. Si l’histoire qu’il raconte est dans le sujet, si elle relate les difficultés, les suffocations d’un peuple, elle sait s’en évader et flirter avec la poésie. Pas étonnant puisque Annemarie Jacir est aussi poète. Un beau film rude que servent trois comédiens magnifiques dont Saleh Bakri déjà remarqué dans La visite de la fanfare.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)