Actualité théâtrale

Jusqu’au 9 mars au Théâtre de l’Atelier

« Le square », de >Marguerite Duras Mise en scène Didier Bezace

Didier Bezace crée au théâtre de l’Atelier  Marguerite Duras, les trois âges , une trilogie qui offre, dit-il « un parcours dans le temps de la vieillesse à l’enfance ou l’inverse selon l’ordre dans lequel on le voit », de Savannah Bay à Marguerite et le Président en passant par Le square. Comme pour les deux autres pièces de la trilogie un décor blanc, la même petite robe à fleurs portée par la jeune femme, l’armoire à confitures.

Dans un square, une jeune femme et un homme mûr se croisent. Elle est bonne à tout faire, lui vend de tout petits objets sur les marchés. Elle accompagne l’enfant de ses employeurs, se sent seule, attend le bal du samedi soir où, c’est sûr, un homme viendra l’inviter et l’épousera. Lui ne sait plus trop s’il a choisi la liberté et la mobilité qui caractérisent sa vie ou s’il la subit. Il est seul aussi. Dans leurs conversations, il est question du désir de changer sa vie en changeant de lieu ou d’état, mais aussi d’espoirs déçus, de résignations, d’amour et de solitude, parfois même du désir de mort. Tous deux semblent sur des longueurs d’onde bien différentes … et pourtant !

Dans cette pièce se trouve porté à l’incandescence ce qui caractérise l’œuvre de Marguerite Duras, sa curiosité pour la vie et les gens, un mélange d’humour, d’étrangeté, de violence intériorisée et de douleur. Par le jeu des phrases courtes, du ping-pong des questions- réponses, on glisse peu à peu des banalités et des idées convenues à l’abîme des émotions que l’on cache habituellement. Le dialogue est à la fois grave et bourré d’humour, toujours brillant et ponctué de formules qui font mouche. On sourit et on est au bord des larmes.

La mise en scène de Didier Bezace donne vie à ce dialogue magnifique. Il est l’homme du square. Il a un mouchoir avec lequel il s’essuie le visage, les lèvres et qu’il passera à la femme quand l’émotion la submergera. Par de petits gestes comme celui-là ou quand il l’aide à ouvrir la thermos pour donner à boire à l’enfant, il donne à voir une compréhension qui s’installe, une entente qui pourrait devenir un tendre sentiment. Par ses silences, ses gestes, les nuances dans sa façon de dire le texte, il fait évoluer son personnage. Il passe de l’abattement à l’espoir, grimpe sur les chaises, entame avec la jeune femme une danse superbe, puis retombe dans la lassitude et la résignation. Il est parfait. Face à lui, Clotilde Mollet est la jeune femme, qui donne l’impression de savoir ce qu’elle veut et où elle va, avant de révéler ses failles et sa solitude. Elle l’accompagne avec talent sur les hauteurs où il l’entraîne. C’est du grand théâtre, courez-y !

Micheline Rousselet

19h mardi, jeudi et samedi, le dimanche à 17h.

Théâtre de l’Atelier

1 place Charles Dullin, 75018 Paris

Réservations : 01 46 06 49 24

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)
  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)
  • « Les femmes de Barbe Bleue »
    « Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir » ? Telle est la question que ne cesse de poser la femme de Barbe Bleue dans le célèbre conte de Perrault. Elle espère l’arrivée de ses frères qui vont la... Lire la suite (1er décembre)
  • « La peau de l’eau »
    Un jour au pied du phare dont il est le gardien, August a découvert un canot. A son bord un homme mort et un bébé enveloppé dans un châle. Philomène la femme d’August, qui vient de faire une... Lire la suite (1er décembre)
  • « La vie est belle »
    En 1946, Franck Capra signait La vie est belle , une sorte de joli conte de Noël moderne, qui est toujours considéré comme un classique du cinéma américain. Stéphane Daurat, qui avait déjà adapté pour... Lire la suite (27 novembre)