Conditions de travail

Le statut des chefs des travaux

CDT_clet

Le statut des chefs de travaux était défini par la circulaire 91-306 du 21 novembre 1991.

Depuis cette date la fonction étant devenue peu attractive de nombreux postes étaient vacants ou pourvus par des certifiés faisant fonction de chef des travaux.

Faute d'être agrégés les certifiés faisant fonction avaient peu d'espoir de devenir réellement chefs des travaux.

Au cours de l'année 2001 le Ministre de l'Education Nationale ( Jack Lang ) et celui des enseignements professionnels (Jean Luc Mélenchon) ont engagé une concertation sous forme de table ronde.

Le SNES a consulté les collègues concernés puis déterminé une position qu'il a défendue au sein de la table ronde. Nous avons particulièrement insisté pour qu'une solution permettant aux faisant fonction d'être titularisés chefs des travaux soit enfin trouvée.

La concertation a tourné court sur nombre de points puis la majorité parlementaire a changé.

Le nouveau Ministre ( Luc Ferry ) a finalement décidé de donner suite à certaines propositions formulées au cours de la table ronde

Le SNES apprécie positivement les augmentations et la possibilité offerte aux certifiés de devenir chefs des travaux ; mais les difficultés pointées lors de la table ronde demeurent.

  • Le recrutement reste de la compétence des Recteurs.
  • Le mouvement reste inter académique.
  • La formation est dans les faits inexistante.
  • Rien n'est prévu pour assister les chefs de travaux dans leur tâche.

La fonction reste aussi peu attractive, la pénurie de candidatures risque de perdurer et les conditions de travail des chefs de travaux sont toujours aussi difficiles.

Nous maintenons nos demandes formulées au cours de la table ronde mais restées sans satisfaction.

Le dossier ne doit pas être refermé, le SNES œuvrera dans ce sens.

Autres articles de la rubrique Conditions de travail