Actualité théâtrale

au Théâtre des Béliers Parisiens, les mercredi, jeudi et vendredi à 19h

"Le temps des Suricates" Une pièce de Marc Citti - Mise en scène Benjamin Bellecour

Les suricates sont des mammifères qui vivent dans le désert. L’image qu’on en a est celle de petits animaux dressés en appui sur leurs pattes-arrières, en position de sentinelles.
L’inquiétude constante que manifeste l’animal rejoint-elle celle des deux personnages de la pièce de Marc Citti, comédiens de troisième ordre toujours sur le qui-vive, réduits pour survivre à accepter tout ce qui se présente, hallebardiers au théâtre, figuration an cinéma ou petits rôles à la télévision ?

Pour l’instant, Mathieu et Edouard, compagnons de galère, interviennent dans un "Hamlet" sans panache, en tournée dans des petites villes de la France profonde. L’un tient le rôle d’Horacio et l’autre, interprète pour de brèves apparitions, plusieurs silhouettes de la pièce. Entre deux entrées en scène, ils ont tout le temps de parler de leur métier, de chercher à situer le moment où ils ont raté le coche pour une carrière plus honorable, de faire le point et de répéter le court texte d’une panouille pour la télé.
S’ils sont différents – l’un est un géant à qui l’on ne propose que des rôles de videur ou de méchant et l’autre est un gringalet malicieux – ils ont en commun la poisse, l’inquiétude du lendemain, les problèmes d’argent et le regret d’être passés à côté de la seule chose qu’ils sachent faire : jouer la comédie.
C’est leur imagination qui va les sortir du désespoir, de la routine en les faisant basculer dans une fantasmagorie salvatrice. Leurs reflets dans les miroirs gagneront leur propre autonomie et la loge se retrouvera hantée par les fantômes du passé et des créatures d’un futur possible.
culture-théâtre "Le temps des Suricates"
Marc Citti qui fut élève de Patrice Chéreau à l’Ecole de Nanterre Amandiers, a écrit sur un sujet brûlant qu’il connaît bien, un texte à la fois drôle, poétique, pathétique. Son interprétation aussi espiègle que grave, qui puise dans tous les registres de la comédie, dans toutes les nuances de jeu, est en contraste parfait avec celle de Vincent Deniard qui apparaît en géant bougon, placide et pétri de générosité.
Au lieu de sentiments d’amertume, de regrets, d’un constat négatif, "Le temps des suricates" traîne à ses basques, sur le sujet de la précarité des comédiens, une sorte d’optimisme.

Voilà l’occasion rêvée pour découvrir "Le Théâtre des Béliers Parisiens", un lieu chaleureux, vaste, de bon goût et très confortable.
Francis Dubois

Théâtre Les Béliers Parisiens 14, bis rue St Isaure 75 018 Paris
Réservations au 01 42 62 35 00
www.theatredesbeliersparisiens.com
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)