Actualité théâtrale

Théâtre du Lucernaire, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 15 mars 2014.

"Le tireur occidental" Texte de William Pellier. Mise en scène Michel Cochet.

Rodolphe, jeune ethnologue, est allé rejoindre aux frontières des terres "civilisées", le tireur occidental dont la mission consiste à barrer le passage aux peuples barbares soupçonné, sinon de préparer une invasion, d’en menacer l’intégrité.

Juché sur une tour de la citadelle, dans son costume saharien impeccable, Rodolphe observe les pratiques de celui qui, sous le matricule KVV, tire sur tout intrus, ainsi que le comportement de ceux qui viennent se heurter contre les parois de notre Eden occidental.

Lorsque le tireur périt d’une fièvre mystérieuse, Rodolphe rencontre Rad-Jik, un "sauvage" qui a été recueilli et adopté.

Cette rencontre inattendue et les sentiments qu’elle révèle chez l’ethnologue lui feront perdre ses repères mais surtout pas sa passion pour l’inconnu.

Le texte de William Pellier ne se contente pas de faire référence au monde actuel, à la peur toujours présente de "l’étranger". Il déplace son sujet dans un passé non défini, celui d’un occident triomphant et colonisateur en incluant des récits héroïques remontant aux grandes missions ethnologiques.

Un passé représenté par le personnage de Rodolphe dans son costume immaculé d’explorateur, faisant montre d’autant d’enthousiasme que de candeur et clamant sa foi absolue en la vérité de la science et du progrès.

Le texte ciselé, au service d’un imaginaire singulier et réalisant la prouesse d’une langue sans l’utilisation du verbe, joue sur la force évocatrice des récits de voyages et sur la rigueur scientifique des premiers traités ethnologiques.

On peut regretter (ou pas) que le jeu du comédien Xavier Béja soit trop insistant dans l’expressivité.

Un tel parti-pris d’interprétation (Il réduit par moments le personnage de Rodolphe à une sorte de Tartarin de Tarascon) en arrive parfois à escamoter un texte dont on aurait préféré qu’il soit traité de façon plus sobre.

Mais l’originalité du sujet vaut largement qu’on fasse, un soir, le détour par le Lucernaire.

Francis Dubois

Théâtre Le Lucernaire, 53 rue Notre-Dame des Champs 75 006 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)