Actualité théâtrale

Théâtre du Lucernaire, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 15 mars 2014.

"Le tireur occidental" Texte de William Pellier. Mise en scène Michel Cochet.

Rodolphe, jeune ethnologue, est allé rejoindre aux frontières des terres "civilisées", le tireur occidental dont la mission consiste à barrer le passage aux peuples barbares soupçonné, sinon de préparer une invasion, d’en menacer l’intégrité.

Juché sur une tour de la citadelle, dans son costume saharien impeccable, Rodolphe observe les pratiques de celui qui, sous le matricule KVV, tire sur tout intrus, ainsi que le comportement de ceux qui viennent se heurter contre les parois de notre Eden occidental.

Lorsque le tireur périt d’une fièvre mystérieuse, Rodolphe rencontre Rad-Jik, un "sauvage" qui a été recueilli et adopté.

Cette rencontre inattendue et les sentiments qu’elle révèle chez l’ethnologue lui feront perdre ses repères mais surtout pas sa passion pour l’inconnu.

Le texte de William Pellier ne se contente pas de faire référence au monde actuel, à la peur toujours présente de "l’étranger". Il déplace son sujet dans un passé non défini, celui d’un occident triomphant et colonisateur en incluant des récits héroïques remontant aux grandes missions ethnologiques.

Un passé représenté par le personnage de Rodolphe dans son costume immaculé d’explorateur, faisant montre d’autant d’enthousiasme que de candeur et clamant sa foi absolue en la vérité de la science et du progrès.

Le texte ciselé, au service d’un imaginaire singulier et réalisant la prouesse d’une langue sans l’utilisation du verbe, joue sur la force évocatrice des récits de voyages et sur la rigueur scientifique des premiers traités ethnologiques.

On peut regretter (ou pas) que le jeu du comédien Xavier Béja soit trop insistant dans l’expressivité.

Un tel parti-pris d’interprétation (Il réduit par moments le personnage de Rodolphe à une sorte de Tartarin de Tarascon) en arrive parfois à escamoter un texte dont on aurait préféré qu’il soit traité de façon plus sobre.

Mais l’originalité du sujet vaut largement qu’on fasse, un soir, le détour par le Lucernaire.

Francis Dubois

Théâtre Le Lucernaire, 53 rue Notre-Dame des Champs 75 006 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)