Actualité théâtrale

Jusqu’au 30 janvier à l’Espace Paris Plaine

« Le voyage continue »


La Lanterne Magique revient à l’Espace Paris Plaine. Frank Desmaroux, en clown, nous guide dans cette histoire de cirque. Il y a un petit intérieur de roulotte où le vieux clown blanc Pipo se maquille jusqu’à la toute fin du spectacle où il éblouit les enfants et émeut les adultes en jouant « ce n’est qu’un au revoir » avec des pièces de cuivre qu’il laisse tomber. Ce vieux monsieur, qui commença sa carrière au cirque Médrano dans les années cinquante, donne à la musique son rôle important dans l’imaginaire du cirque. Elle en souligne aussi le côté fragile. Mais si la musique joue un grand rôle dans le spectacle, elle n’est pas que nostalgique. Elle est aussi festive, enregistrée ou jouée sur des instruments insolites. S’il n’y a pas d’animaux, il y a une acrobate, des jongleurs, un lanceur de couteau qui fait un numéro plein d’humour, un clown maladroit et amoureux … et trois enfants, qui jonglent, jouent du violon, dansent ou font le clown. Parfois ils ratent, alors ils refont avec persévérance et cela séduit les jeunes spectateurs. L’ensemble a le charme des petits cirques familiaux qui n’ont pas le côté formaté des grandes productions qui s’imposent de plus en plus. Les enfants sont près des circassiens, sont en empathie avec les enfants qui se produisent et apprécient le spectacle. Il y a de l’humour et de la bonne humeur.
Micheline Rousselet

Mercredi, samedi et dimanche à 15h, séance supplémentaire le samedi à 18h.
Espace Paris Plaine
13 rue du Général Guillaumat, 75015 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 40 43 01 82

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)