Actualité théâtrale

Du 3 au 5 et du 10 au 12 décembre au Théâtre de Belleville

« Le voyage de D. Cholb »

En 2013, le comédien, metteur en scène et auteur Bernard Bloch, juif athée de gauche affligé par l’état des relations israélo-palestiniennes, décide de passer quelques jours en Cisjordanie avant d’aller visiter sa famille en Israël. Dans un voyage organisé par le journal Témoignage chrétien il va, seul juif avec deux musulmans et trente-quatre catholiques de gauche, parcourir les routes de Cisjordanie pendant six jours. L’envahissante présence du mur qui s’étend au rythme des colonies, les innombrables check-points auxquels le groupe ne peut échapper, les rencontres avec des militants palestiniens, des ONG, des curés, un soldat de Tsahal vont alimenter ses interrogations sur le sort qu’Israël réserve aux Palestiniens. Sa visite ensuite de membres de sa famille installés depuis plusieurs générations en Israël le conduit de l’autre côté du mur et le prend là encore à contre-pied, car ceux qu’il rencontre ne sont pas tous des supporters aveugles de la politique menée par le Gouvernement actuel, le plus à droite qu’Israël ait jamais connu. Tandis que certains épousent l’idée que seul le mur peut protéger les Israéliens contre la violence des fondamentalistes musulmans, d’autres aimeraient sortir de ce ghetto et en savoir un peu plus sur leurs voisins, si proches et si lointains.

Théâtre : Le voyage de D. Cholb

De ce récit de voyage publié sous le titre de Dix jours en terre enceinte , Bernard Bloch a tiré cette pièce sous-titrée Penser contre soi-même car c’est bien cela qui résume les impressions et les émotions contradictoires qui ont marqué son voyage. Bernard Bloch est sur scène, assis nous tournant le dos, écrivant son récit. Patrick Le Mauff (Dandreb Cholb, le nom inversé de l’auteur) va être sa voix. Il raconte le voyage, les rencontres, les réflexions, les révoltes, Des acteurs amis de Bernard Bloch vont, par la vidéo, porter la voix des gens rencontrés dans son voyage par D. Cholb, créant un faux effet documentaire volontairement assumé. Un musicien Thomas Carpentier soutient les moments de réflexion. Entre excitation et tension le narrateur se sent de plus en plus en présence d’un monde qui a perdu la raison. Une carte du territoire de la Cisjordanie de plus en plus mité par les colonies israéliennes montre l’impossibilité croissante d’envisager l’existence d’un État palestinien. En Israël tout pacifiste passe aujourd’hui pour un traître et tout Palestinien apparaît comme un terroriste en puissance.

En nous faisant écouter toutes ces voix Bernard Bloch lance un appel à entendre l’autre, à écouter sa souffrance pour espérer avancer vers la paix.

Micheline Rousselet

Lundi et mardi à 21h15, dimanche 20h30

Théâtre de Belleville

94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 06 72 34

Du 2 au 5 mai 2018, Théâtre Berthelot à Montreuil

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)