Actualité théâtrale

Jusqu’au 5 mai au Théâtre du Vieux Colombier

« Le voyage de G. Mastorna »

Ce voyage aurait du rejoindre le panthéon des films rêvés mais jamais tournés. Federico Fellini avait décidé, à quarante-cinq ans, qu’il était temps pour lui d’aller un peu explorer l’au-delà, en écrivant un film sur la vie après la mort, dépourvu de toute référence à la religion. Alors qu’il avait connu ses plus belles réussites et venait de finir 81/2 et Juliette des esprits , il se lança dans l’écriture de ce voyage de G. Mastorna qu’il annonça comme son « projet le plus ambitieux, le plus mystérieux, le plus noir ». Le projet entra en préproduction chez le producteur habituel de Fellini, Dino de Laurentiis, la construction des décors commença mais les obstacles s’accumuleront et le projet ne se fera pas. Des conflits opposeront Fellini et son producteur qui s’inquiète alors du coût de décors pharaoniques et sent le réalisateur peu sûr de ses choix, en particulier de celui de Mastroianni pour interpréter G. Mastorna. Pour compléter le tableau, une mystérieuse maladie a frappé le réalisateur à la veille du tournage et le mage turinois, que Fellini consultait régulièrement lui avait dit « qu’il fallait respecter le mystère de la mort » ! Fellini se lança alors dans un projet moins ambitieux, Le Satyricon, et Le voyage de G. Mastorna entra dans la catégorie des films maudits, dont on relève pourtant des traces dans un certain nombre de films ultérieurs du réalisateur. Il sembla vouloir s’en libérer définitivement en le publiant en bande dessinée, illustrée par Milo Manara sur ses esquisses, en 1992. C’était un an avant sa mort !

Théâtre : Le voyage de G. Mastorna

C’est sur ce projet inabouti que s’appuie l’adaptation de Marie Rémond, Thomas Quillardet et Aurélien Hamard-Padis. Il n’est pas question de monter le scénario que Fellini n’a pas tourné, mais de « le faire résonner avec l’histoire du tournage » dit Marie Rémond. Pour le scénario, tout commence dans un avion qui emmène le violoncelliste G. Mastorna à un concert. L’avion est pris dans une tempête et doit atterrir sur un terrain de fortune. Tandis que les media relatent le crash, on annonce aux passagers qu’on va les conduire dans un motel, un motel étrange, dépourvu de lignes téléphoniques où Mastorna n’arrive pas à prouver son identité, qui il est « authentiquement ». De rencontres étranges, en boîte de nuit dont il ne s’échappe que par la fenêtre, le violoncelliste commence une aventure incohérente qui ressemble à un cauchemar empli d’hallucinations.

La mise en scène de Marie Rémond nous accompagne dans les quelques jours de la préparation du film. Le maître est là, caméra à la main (Serge Bagdassarian, tantôt tyran plein de bonne foi uniquement préoccupé de ce qu’il imagine, tantôt indécis et plein de questionnements). Son équipe s’efforce de répondre aux désirs plus ou moins exprimés du réalisateur qui passe d’une idée à l’autre, qui veut un décor avec la cathédrale de Cologne ... mais peut-être plutôt de Milan, au grand désarroi du régisseur (Jérémy Lopez) qui s’interroge sur le coût de tous ces changements. Liliana Betti (Jennifer Decker) l’assistante de Fellini s’efforce d’arrondir les angles, de régler les problèmes et de rassurer le Maître. Marcello Mastroianni (Laurent Lafitte) a l’impression que Fellini n’est pas sûr de le désirer pour ce rôle, ce qui le déstabilise. Quant à l’actrice qui doit jouer tous les rôles d’hôtesses, elle se perd dans ses rôles et ne sait pas ce qu’on attend d’elle. Georgia Scalliet est délicieuse dans ces rôles, passant de l’agitation à l’anxiété, de la résignation à l’explosion de vulgarité en présentatrice de télé telles que les aimait Berlusconi.

En nous plaçant dans le tournage, avec son désordre organisé et les algarades alternant avec les moments de tendresse entre metteur en scène, assistante, régisseur et acteurs, Marie Rémond se lance dans une série de mises en abîme. Dans le scénario circulent des grands thèmes, la vie et la mort, la question de l’identité, ce qui reste de soi après la mort. Et sur scène on a un metteur en scène, qui passe de doutes artistiques à un doute existentiel, cette crise est mise en abîme avec celle du personnage principal G. Mastorna, et se répercute sur l’acteur principal et toute l’équipe. C’est à la fois drôle et sérieux et assez vertigineux !

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 20h30, le mardi à 19h, le dimanche à 15h

Théâtre du Vieux-Colombier

21 rue du Vieux-Colombier, 75006 Paris

Réservations : 01 44 39 87 00/01

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)