Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Camille Mauduech (France)

"Les 16 de Basse Pointe" Sortie en salles le 22 avril 2009

Le 23 août 1947, Pierre Trouillé, premier Préfet en titre de la Martinique prend ses fonctions. Il est nommé par Jules Moch, Ministre de l’intérieur qui a déjà, à son actif, le démantèlement de grèves aux Antilles.
Le 4 mars 1948, trois grévistes sont abattus, sans sommation, par les forces de l’ordre.
Le 6 septembre de la même année, Guy de Fabrique, administrateur blanc créole fait face, escorté de trois gendarmes à un groupe de grévistes. Il est retrouvé un peu plus tard, lardé de 36 coups de coutelas dans un champ de cannes de la plantation Leyritz…
Après une enquête de plusieurs semaines, 16 coupeurs de cannes sont arrêtés et maintenus en détention préventive pendant trois ans. Leur procès a lieu à Bordeaux, ancien port négrier, dans la perspective d’un verdict exemplaire. Onze avocats désignés par le Secours Populaire, dont la plupart sont des communistes, vont obtenir l’acquittement des inculpés et dresser ainsi le premier procès du colonialisme français aux Antilles. SENS_Les16

Soixante ans se sont écoulés. Camille Mauduech entreprend de revenir sur un geste historique passé sous silence en son temps et de faire la lumière sur les circonstances du crime et sur le procès bordelais, en choisissant d’agir au gré des rencontres, avec douceur et détermination, plus comme une glaneuse de souvenirs que comme une enquêtrice.
Elle tente de trouver à ses propres questionnements, ses interrogations, ses suppositions, des réponses qu’elle engrange patiemment, dont elle se sert comme d’un liant pour souder entre eux des témoignages dont elle fait au final, une histoire solide et documentée en même temps qu’elle dresse une portrait humain passionnant.
Une partie de ceux qu’elle sollicite refusent de revenir sur cet épisode du passé. D’autres acceptent, mais font un récit abrégé ou prudent, d’autres se montrent plus prolixes et ce sont dans les récits avortés ou tronqués, à travers les contradictions qui apparaissent d’un propos à l’autre, dans les similitudes, dans la prudence ou la hardiesse, les on-dit et les non dits que se dessinent les contours de cette affaire qui gardera tout son mystère.
Celui qui avait poignardé Guy de Fabrique se trouvait-il sur le banc des accusés au moment du procès ? Il est évident que parmi les témoins avec qui s’entretient Camille Mauduech et qui, souvent, ont été des proches de l’histoire officielle, certains connaissaient le ou les coupables mais un réflexe de solidarité encore bien présent ou un goût du secret tenu barrent la route à toute révélation spectaculaire.
L’objectif premier de la réalisatrice était sans doute plus de dresser le portrait d’un pays résolument français qui a toujours fonctionné sur la division raciale, la domination coloniale, l’exploitation et la manipulation, que de lever le voile sur les tenants et le aboutissants d’une affaire vieille de soixante ans…
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)
  • « Les visages de la victoire »
    Elles s’appellent Cherifa, Aziza, Janiaa, Mimouna. Ce sont des femmes de l’ombre, de celles à qui on donne rarement la parole. Femmes d’immigrés de la période des trente glorieuses, elles ont dû... Lire la suite (8 mars)
  • « Haingosoa »
    Haingo est une jeune mère célibataire malgache qui peine à joindre les deux bouts. Elle n’a pas les moyens d’acheter la blouse d’uniforme qui est la condition sine qua non pour que sa fillette soit... Lire la suite (3 mars)