Actualité théâtrale

Théâtre de Belleville jusqu’au 11 novembre 2012

Les 7 jours de Simon Labrosse Partenaire Réduc’snes

"Les 7 jours de Simon Labrosse", de Carole Fréchette
Mise en scène de Claude Viala

Simon Labrosse est au chômage. C’est un garçon plein d’optimisme et d’énergie et ce ne sont pas les projets qui lui font défaut.

Le premier qui lui vient à l’esprit est de raconter sa vie avec le concours de ses amis, Nathalie, une jeune femme intéressée par son développement intérieur et Léo, un poète dépressif qui ne peut prononcer une seule parole positive.

Comme raconter toute sa vie serait trop long, il va se limiter à sept jours au cours desquels il passera l’essentiel de son temps à proposer ses services. Mais ses petits boulots ne sont ni déménageur ni baby-sitter, ni maître nageur.

Ses idées pour se réinsérer dans la vie active, seraient plutôt d’être cascadeur émotif, finisseur de phrases, flatteur d’ego ou "allégeur" de conscience.

A la fois funambule et poète du quotidien, il va tenter de garder un équilibre entre le comique et le tragique de son existence.

"Les 7 jours de Simon Labrosse " est un spectacle sympathique, plein d’enthousiasme mené tambour battant par trois comédiens débordants d’énergie.

Le texte de la canadienne Carole Fréchette est souvent amusant, parfois un peu naïf, parfois flirtant avec la facilité, mais sachant tenir le cap de la comédie amère et trouver un vrai ton en jouant sur ce que l’existence a, au quotidien, de drôle et de dramatique.

Simon Labrosse est-il un malin, un habile bonimenteur qui sait vendre sa camelote ou un

grand naïf qui va à contre-courant et tête baissée dans les flots tumultueux d’une société qui l’étouffe ?

Chaque matin de chacun des sept jours, il part gagnant avec un nouveau projet dont il est certain qu’il sera le bon, celui qui lui apportera assez d’argent pour payer son retard de loyer et l’opération du cerveau qui permettra à Léo d’avoir accès au vocabulaire positif.

Simon arrivera-t-il à ses fins ou bien devra-t-il se contenter de raconter chaque soir sa vie sur une scène de théâtre devant un public heureux de l’écouter ?

Le spectacle a la candeur du personnage de Simon, ses hésitations, son optimisme et ses doutes. Il est parfois un peu bancal, un peu faiblard mais tout à coup, quelque chose qui pourrait être du domaine de la magie du théâtre se produit. Quelque chose de vivifiant, et cette bonne surprise est sans doute le résultat de la complicité jubilatoire ente le texte de Carole Fréchette et les trois interprètes.

Une bonne occasion de faire connaissance, pour ceux qui en ignorent l’existence, avec ce petit théâtre de Belleville.

Francis Dubois

Théâtre de Belleville 94 rue du faubourg du Temple 75 011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 06 72 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)