Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Thierry de Peretti (France)

"Les Apaches" Sortie en salles le 14 août 2013

Le père de l’un d’entre eux étant chargé du gardiennage de la villa en l’absence des propriétaires, un groupe de garçons s’introduit un soir dans la luxueuse demeure. Sans doute aveuglés par le décor, ils repartent sans l’avoir prémédité, avec un sac contenant des objets, sans réelle valeur marchande, mais également avec deux fusils de collection.

Quand la propriétaire débarque du continent, elle constate le désordre, la disparition des objets, mais pas immédiatement celle des fusils.

Plutôt que de faire une déclaration de vol à la police, elle s’en plaint à un petit caïd local de sa connaissance.

En Corse, l’été, la région de Porto-Vecchio est marquée par l’affluence des touristes et par le retour des riches propriétaires dans leurs villas de rêve. François-Jo et Jo, corses d’origine, Aziz et Hamza, corses dont les familles sont originaires du Maroc, observent le tourbillon du luxe, les belles voitures, l’argent qui coule à flot. Cette vision vacancière les renvoie d’autant plus à leurs conditions de vie médiocre, à ce peu d’argent dont ils disposent et qui leur vient sans doute de petits trafics.

La trame du récit n’offre aucune originalité narrative. Le décor est en place, les personnages sont attendus mais, et c’est là que réside tout le talent de Thierry de Peretti, il fait sa propre affaire de cette histoire simple en brouillant les pistes, en travaillant l’image, en confiant des dialogues très bien écrits et sur mesure à des interprètes qui sont d’étonnants acteurs dans la mesure où c’est de leur maladresse à les dire que finit par jaillir la vraie tonalité du film.

Thierry de Peretti ne cherche pas à "enrichir" avec des faux semblants un sujet dont il connaît les limites. Si les premières séquences semblent maladroites, il les amène à déborder le cadre où elles étaient promises au cliché, pour mieux trouver matière à son film dans une sorte de traitement parallèle qui finit par prendre le dessus et dans lequel il lance habilement les prémices du drame qui s’amorce.

Et lorsque le film bascule, la partie est gagnée. On est tout à coup face à une œuvre très personnelle, très écrite, très précise.

" Les apaches" en allant sans compter vers une narration audacieuse, gagne progressivement en force et transmet cette force à tout ce qui, au début du récit, pouvait paraître hésitant, tâtonnant, voué à produire un film "de plus" sur un sujet rabattu.

Ce n’est surtout pas le cas de cette tragédie contemporaine fort réussie.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les petits maîtres du grand hôtel »
    Jacques Deschamps, le réalisateur du film se trouvait à Grenoble où il participait à la commission de sélection des étudiants désirant intégrer le Master de cinéma-documentaire de Lussas, en Ardèche.... Lire la suite (22 septembre)
  • « Ceux qui travaillent »
    Sans diplôme et parti de très bas, devenu à force de volonté cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Franck a de tout temps consacré sa vie au travail. Alors qu’il doit réagir dans... Lire la suite (22 septembre)
  • « Bacarau » 
    En 2016, Kleber Mendonça Filho présentait à Cannes « Aquarius » et brandissait avec son équipe, des pancartes dénonçant ce qu’ils considéraient comme un coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ne croyez surtout pas que je hurle »
    A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)