Actualité théâtrale

Théâtre de la Bastille - Partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 17 novembre 2012

"Les Estivants" de Maxime Gorki Mise en scène Compagnie TG STAN

Fidèle au Théâtre de la Bastille où il a donné une bonne dizaine de ses spectacles, parmi lesquels "Les Antigones" en 2001, "My dinner with André" en 2005 ou "L’impromptu XL" en 2009, le Collectif flamand TG Stan revient cette année, toujours dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, avec "Les Estivants" de Maxime Gorki (1904) qui est la peinture douce-amère de la bourgeoisie russe et du moment marquant de l’accès des classes moyennes au domaine intellectuel.

Se retrouve sur scène un vrai brassage de la société de l’époque, en villégiature, au cours d’un été à la campagne. Quelques-uns ont réussi matériellement. Il y a des fonctionnaires mais aussi des gens du peuple, des marginaux oisifs ou les représentants d’une jeunesse idéaliste, libérée de la chape tsariste.

L’oisiveté est pour ces personnages l’occasion de conversations phraseuses, d’échanges d’idées à propos de la vie, du mariage, de la politique, de l’amour, des enfants, de l’adultère.

Gorki oppose à la vacuité du discours des intellectuels, le bon sens, la clairvoyance et l’idéalisme responsable des gens du peuple qui n’oublient pas qu’ils sont des enfants d’ouvriers et qui voient dans un rapprochement désormais possible avec les gens cultivés, l’occasion d’une ouverture qui devrait changer leur vie, l’alléger et l’élargir.

S’appuyant sur le pessimisme d’une société en mutation, le TG Stan introduit la part de bouffonnerie qui caractérise ses mises en scène. Il y ajoute de la truculence, de la démesure, oriente certains personnages vers la caricature et la dérision, tord le cou aux répliques les plus graves pour les délester de leur charge pessimiste.

L’humour, l’ironie que renforce l’accent chantant vont dans la tonalité de l’auto-dérision et le plateau devient un lieu festif où, aux mouvements de groupes agités, succèdent les duos amoureux, les pique niques ennuyeux, la lecture d’un poème ridicule…

Le TG Stan considère "Les Estivants" comme l’œuvre d’un jeune écrivain énergique qui ne serait pas encore incapable de s’en tenir strictement à l’essentiel.

Mais aussi, il le prend comme l’occasion pour le collectif de répondre aux besoins du groupe et de sa vision du théâtre, d’établir des parallèles avec l’époque actuelle, d’amuser un public avec des situations pathétiques et de l’intéresser avec des gens qui ne font rien.

Si l’on rit souvent tout au long du spectacle, on ne perd pas de vue le message de Gorki qui disait de sa pièce qu’elle avait été écrite pour "donner des rêves à l’âme", à laquelle il prêtait "une fonction de réveil politique pour préparer la révolution à venir"

Avec cette mise en scène des "Estivants", le TG Stan , avec ses airs de saltimbanques un peu "braques", nous donne à voir un "spectacle de tréteaux", un travail inventif et réjouissant où pas une seule seconde des deux grosses heures que dure la représentation ne pèse !

Théâtre de La Bastille 76, rue de la Roquette 75 011 Paris

www.theatre-bastille.com

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative : 01 43 57 37 42 14

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)