Actualité théâtrale

Jusqu’au 2 mai à Bobino

« Les Franglaises »

« Tu dis oui, je dis non, tu dis stop, je dis va, va, va, tu dis au revoir, je dis bonjour », cela vous rappelle quelque chose ? Les Franglaises continuent à nous amuser avec leurs traductions google des grands succès du répertoire anglo-saxon, des Beatles ( Les scarabées) aux Spice Girls (Les filles épicées) en passant par Les Beach Boys, Pink Floyd, Franck et Nancy Sinatra et même une petite incursion dans le rap.

Cela démarre comme un jeu télévisé avec un meneur de jeu qui propose à la salle de trouver la chanson qui se cache derrière une traduction littérale qui confine souvent à l’absurde, puis les quatre filles et six garçons, tous très bons musiciens, chanteurs, comédiens et danseurs, l’interprètent à leur manière plutôt déjantée. Mais ils ne s’arrêtent pas au pastiche, ils y ajoutent un air de comédie musicale, un zeste de cirque et de cinéma burlesque et une ambiance de cabaret. Le numéro où Nancy et Franck Sinatra, revus par les Franglaises, chantent Som ething stupid l’air las et désabusé, elle prenant du recul et lui la laissant tomber par terre à la fin, est un sommet de comique. Ils improvisent, bricolent, font tout avec rien, on pense à la grande époque du Splendid et au meilleur des séries américaines comme Friends. Ils jouent avec les codes, surprennent par des bruitages sophistiqués, des chorégraphies barrées qui accompagnent les textes qui deviennent des sommets de non-sens.

Théâtre : les Franglaises

Le spectacle oscille entre hommage et moquerie. En effet on ne peut que s’étrangler de rire devant certains textes, que l’on a tous fredonnés, même s’il faut reconnaître que la traduction n’arrange pas les choses ! Si les paroles sont un peu malmenées, il ne s’agit pas du tout d’une mise en pièce de ces chansons cultes de la culture pop. On sent que tous ces musiciens-chanteurs-comédiens les aiment et leur talent musical et vocal nous donne l’occasion de les revisiter. La salle ne s’y trompe pas, qui leur fait un triomphe.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 21h, le samedi séance supplémentaire à 16h30

Bobino

14-20 rue de la Gaîté, 75014 Paris

Réservation : 08 20 00 90 00, FNAC Carrefour, Géant, Magasins U, agences.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)