Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Wuthering Heights (G. B)

"Les Hauts de Hurlevent" Sortie en salles le 5 décembre 2012

Au XIXème siècle, Heathcliff, un jeune vagabond, est recueilli par M. Earnshaw qui élève seul ses enfants, Hindley et Cathy, deux adolescents, dans une ferme isolée de la campagne anglaise.

Si Cathy "adopte" spontanément Heathcliff et en fait bientôt son compagnon de jeux et son ami, ce n’est pas le cas de Hindley, jaloux de l’attention que son père porte à son protégé.

Lorsque M. Earnshaw meurt subitement, Hindley prend la direction de l’exploitation et renvoie Heathcliff à l’état d’ouvrier agricole, l’obligeant, entre autre, à vivre dans les dépendances, hors des murs de l’habitation familiale.

Cathy défend maladroitement son ami, mais courtisée par le fils de riches voisins, elle va, elle aussi, abandonner petit à petit Heathcliff à l’autorité vindicative de son frère.

Voyant le mariage de Cathy s’annoncer, le jeune garçon s’enfuit alors que la douleur de ses sentiments déçus le fait basculer dans un amour obsessionnel.

Lorsqu’il reviendra, quelques années plus tard, c’est en homme fortuné, alors que Hindley qui s’est ruiné au jeu est devenu une épave et que la ferme est à l’abandon.

Cathy, malgré les attentions de son mari n’est pas plus heureuse. La réapparition de Heathcliff la renvoie à ses sentiments d’adolescente.

Différentes adaptations du célèbre roman d’Emily Brontë ont été réalisées au cinéma ou à la télévision, mais le producteur Robert Bernstein de "Ecosse Films" avait depuis longtemps en projet un nouveau film sur le sujet, pour lequel il avait contacté plusieurs réalisateurs.

Il n’était pas question pour lui d’en faire un remake du film de William Wyler avec Laurence Olivier et Merle Obéron.

Si toutes les adaptations réalisées jusque-là s’attachaient à la relation passionnée entre Heathcliff et Cathy, le producteur Robert Bernstein souhaitait que la lumière soit mise sur la cruauté émotionnelle du récit, la maltraitance physique, les phénomènes d’obsession dévorante et d’isolement total.

Dans le film de Wuthering Heights, les acteurs ont l’âge des personnages et Andrea Arnold, l’adaptateur du livre, souhaitait que les enfants soient très présents à l’écran, qu’ils aient une place importante à l’image, de telle sorte que l’histoire évolue et qu’elle privilégie presqu’exclusivement le point de vue de Heathcliff.

L’adaptation du livre d’Emily Brontë a conduit à situer le récit sur les terres sauvages de Swaledale, dans le Nord du Yorkshire, dans des paysages désolés et brumeux d’automne et la maison n’est plus une bâtisse gothique imposante mais une vieille ferme modeste.

Celle-ci fait contraste avec la maison des Linton, habitation cossue et confortable des familles riches du 18ème siècle.

Le récit conçu de telle sorte est directement relié à la nature présente par les paysages d’ensemble superbement photographiés mais également dans le détail de sa faune et de sa flore, avec l’apparition sous le forme de brefs inserts, d’insectes et de végétaux.

Si les envolées romanesques persistent dans ces "Hauts de Hurlevent", la caméra, souvent très proche des corps et des mouvements, apporte au film une sorte de distanciation qui en fait une œuvre très nouvelle et personnelle.

Les spectateurs proches du livre d’Emily Brontë ne se sentiront pas trahis et ceux qui apprécient les adaptations libres d’œuvres littéraires mythiques seront comblés.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)