Communiqués

Les Langues vivantes : fer de lance de la déréglementation ?

Le ministre de l’Education a annoncé mardi, dans un communiqué de presse, vouloir modifier l’enseignement des langues, notamment au collège, suite au rapport qui lui a été rendu par le comité stratégique des langues.

Encore une fois, le ministre ne retient d’un rapport que ce qui va dans le sens de la politique qu’il mène depuis quelques années.

En effet, alors que le rapport rappelle que si l’anglais semble incontournable, dans 20 ans, "ce qui fera alors la différence, pour l’insertion professionnelle, ce sera la maîtrise d’autres langues." Dans ces conditions, nous comprenons mal que les mesures annoncées soient majoritairement axées sur l’anglais, dès le primaire.

Le rapport insiste aussi sur la nécessité d’avoir des personnels qualifiés et des locuteurs natifs. Or, à la rentrée prochaine, le Ministère supprime des centaines de postes d’assistants de langues et n’offre pas une formation initiale et continue digne de ce nom aux enseignants. Il propose uniquement d’ « obliger » les candidats aux concours de recrutement à passer un semestre à l’étranger pendant leur cursus.

Afin de garantir l’accès à deux langues dès la 6ème à tous les élèves, le ministre, suivant le rapport, suggère une "globalisation des horaires en LV1 et LV2" et une "annualisation des services" des enseignants, laissant croire par cela que l’ambition affichée pour les langues se résume finalement à l’éclatement des statuts, l’augmentation du temps de présence et à la réduction des moyens.

Enfin, concernant les séjours linguistiques, "l’échange avec les collectivités territoriales" est une formulation inquiétante car elle laisse penser à un glissement vers une gestion locale.

Le SNES-FSU revendique une priorité à la baisse des effectifs (notamment pour la pratique orale), un enseignement de 3 heures minimum par classe dans toutes les langues, à la diversification des langues et à une véritable formation des enseignants.

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Affectation post-bac, bac et lycée : pas de réforme à marche forcée !
    Le SNES-FSU a participé à la concertation enseignement supérieur en septembre-octobre et a rencontré la mission Mathiot sur le bac et le lycée le 13 novembre. Le projet de loi sur l’orientation et... Lire la suite (17 novembre)
  • Enseignement de la Shoah : pas de faux procès
    Dans son édition datée du vendredi 3 novembre, le Monde traite de la persistance de l’antisémitisme en France. Le sujet est illustré par un dessin de Plantu représentant un enseignant affirmant ne plus... Lire la suite (3 novembre)
  • Grève
    La grève de ce jour constitue un avertissement sévère que le gouvernement devrait prendre au sérieux. Quelques mois après son élection, la politique du Président de la République a eu pour effet de... Lire la suite (10 octobre)
  • La Cour des Comptes cible à nouveau les enseignants
    La Cour des Comptes a publié son rapport « Gérer les enseignants autrement. Une réforme qui reste à faire ». Elle y égrène, comme chaque année, un certain nombre de poncifs habituels de la pensée libérale... Lire la suite (4 octobre)
  • Budget 2018
    Les grandes orientations du PLF 2018 ont été rendues publiques. Dans le second degré notre ministre exprime tout son art de la soustraction invisible : les suppressions de postes sont à l’ordre du... Lire la suite (28 septembre)

Mots-clés