Actualité théâtrale

Théâtre Artistic Athévains, jusqu’au 24 avril 2011

"Les Serments indiscrets" de Marivaux-mise en scène de Anne-Marie Lazarini

Dans "Les serments indiscrets" de Marivaux les deux amoureux, Lucile et Damis, n’ont pas le beau rôle et la mise en scène d’Anne-Marie Lazarini n’est pas faite pour les flatter. A force de lutter contre les sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils deviennent au fil des scènes des êtres maussades, toujours mal lunés et qui semblent en vouloir à la terre entière. Du coup, la partition qui revient aux comédiens qui les interprètent, s’en trouve ingrate et l’on préfère s’en remettre, pour notre plaisir, à la prestation plus ludique de ceux qui endossent les personnages de Frantin, valet de Damis, Lisette, suivante de Lucile ou encore Phénice, la sœur de Lucile à qui la comédienne Isabelle Neutré, en tanagra espiègle et malicieuse, donne beaucoup de relief.

photo Marion Duhamel

Si le spectacle mis en scène par Anne-Marie Lazarini reçoit de nombreux rappels en fin de représentation, il le mérite bien et pour de multiples raisons.
Le décor, d’abord. Aucune porte mais des murs blanc-gris, constitués de panneaux entre lesquels les personnages se glissent, pour apparaître, disparaître dans un léger mouvement d’étoffe.
Au sol, des sculptures de David Dreiding, toujours dans une tonalité de gris doux, figurant des sortes de rocs de différentes dimensions, servent de siège, d’appui ou balisent les déplacements et sur la droite, un piano rouge écarlate, dont on ne joue jamais, mais qui a sa place et devant lequel on vient s’asseoir, une partition à la main…
La mise en scène est fluide, souple et même si elle manque parfois de hardiesse, d’invention, elle permet une lecture limpide du texte et conviendrait parfaitement à des élèves de collège pour une découverte de Marivaux.
L’interprétation est parfaite et si le jeu de certains comédiens reste dans une tonalité classique, et paraît parfois un peu éteint, celui vif, drôle, inventif des personnages seconds relève l’ensemble et les deux tonalités de jeu réunies, produisent un effet de contraste bienvenu.
Une dernière remarque à propos des costumes. Ils sont parfaits, dans des couleurs douces adaptés à chacun des personnages. Austères quand ils habillent Damis et tout noirs pour les deux pères mais clairs, pimpants et sans frou-frou pour ceux de Phénice.
Voilà un spectacle à voir en famille qui est à la fois une parfaite lecture du texte et un travail d’une très bonne tenue.
Francis Dubois

Théâtre Artistic Athévains
45 bis rue Ricard Lenoir 75 011 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 56 38 32. www.artistic-athevains.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La valse d’Icare »
    Un musicien qui s’est perdu dans le succès se retrouve au chevet de son fils, plongé dans le coma, et se retourne sur les années qui viennent de s’écouler. Fuyant un père plongé dans ses maquettes... Lire la suite (14 décembre)
  • « Au café Maupassant »
    Quoi de mieux qu’une brasserie pour observer les hommes et les femmes, écouter leurs dialogues, percevoir leurs mesquineries, leurs désirs, leurs angoisses, surtout quand on le fait en compagnie de... Lire la suite (13 décembre)
  • « Granma, les trombones de La Havane »
    Cuba a fêté cette année le soixantième anniversaire de sa Révolution. Désormais, alors que Fidel Castro est mort, que reste-t-il des idéaux et de l’espoir que souleva et soulève encore cette révolution,... Lire la suite (12 décembre)
  • "Portrait de Ludmilla en Nina Simone"
    « Portrait de Ludmilla en Nina Simone » est repris du 13 au 21 décembre au Théâtre des Abbesses 31, Rue des Abbesses 75018 Paris - 01 42 74 22 77 https://www.theatredelaville-paris.comLire la suite (11 décembre)
  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)