Actualité théâtrale

Au Théâtre Nanterre-Amandiers, jusqu’au 23 octobre

"Les acteurs de bonne foi" Texte de Marivaux. Mise en scène Jean-Pierre Vincent

Un tonitruant chant de coq accompagne le lever de rideau. D’autres animaux de la ferme se manifesteront bruyamment au long du spectacle. Nous sommes à la campagne et Eraste, qui courtise une Marianne acquise à son amour, n’hésite pas à la renverser dans la paille pendant que Blaise empile les galettes de fumier et que l’impertinente Lisette joue les mouches du coche. Merlin, lui s’est mis en tête de faire jouer par les jeunes paysans un impromptu, ce qui ravit Madame Hamelin la citadine car elle aime le théâtre, mais contrarie la bourrue madame Argante qui ne voit dans tout cela que futilités. Madame Hamelin qui ajoutera au prétexte de la pièce de Merlin, l’annonce du prochain mariage d’Eraste avec Madame Araminte…
"Les acteurs de bonne foi" n’a pas été jouée du vivant de Marivaux. Elle a longtemps été ignorée avant de connaître de nombreuses mises en scène depuis une soixantaine d’années.
Jean-Pierre Vincent découvrit ce texte en 1970 avec son compère Jean Jourdheuil et cette découverte fit l’objet à l’époque d’une brève aventure théâtrale.
Si cette pièce très courte fut le plus souvent jouée accompagnée d’une autre pour atteindre une durée de spectacle normale, Jean-Pierre Vincent la propose seule sur le plateau de la grande salle des Amandiers de Nanterre.
Est-ce l’étirement du texte mais la lenteur des premièrs moments inquiète un peu. On cherche l’origine de ce manque de rythme, de cette nonchalance dont on se prend parfois à penser qu’elle n’est pas le fait d’un jeu manquant de vigueur, mais un désir du metteur en scène de lutter contre la pente naturelle du texte qui se prête aux facilités.
Il faut attendre les entrées tonitruantes de madame Argante (Annie Mercier), de madame Hamelin(Laurence Roy)et d’Araminte (Anne Guégan) pour que le spectacle décolle, trouve son rythme et devienne une irrésistible et brillante comédie. Car c’est l’impression qui reste, celle d’une mise en scène heureuse et inventive. Fallait-il passer par ce premier quart d’heure un peu flâneur pour mieux livrer tout à coup le texte à son potentiel de drôlerie et donner un spectacle qui ravit le public…
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo-Picasso 92 022 Nanterre
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00
www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)