Actualité théâtrale

Théâtre 14 du 15 septembre au 31 octobre 2015

"Les ambitieux" de Jean-Pierre About. Mise en scène Thomas le Douarec.

Daniel, le président de l’entreprise, a aussi peu de scrupules pour licencier son personnel qu’il n’en a pour rompre avec ses maîtresses quand il s’est lassé d’elles.

Il demande à Anne de l’insulter publiquement pour que son licenciement qui suivra lui permette d’avoir un poste plus important dans une autre entreprise et laisser la voie libre à leur relation amoureuse.

Dans la réalité, il veut l’éloigner pour vivre pleinement sa liaison avec une autre employée dont il est tombé fou amoureux, la pulpeuse Béatrice.

En signifiant son licenciement à Philippe, parfait rond de cuir, pour la seule raison que, par pur caprice, Béatrice le lui a demandé, il apprend que celui qu’il prenait pour un vieux garçon étriqué vit depuis deux ans une histoire passionnée avec sa propre épouse qu’il ne peut surtout pas contrarier pour la bonne raison qu’elle est l’actionnaire majoritaire de l’entreprise.

Mais voilà que le délégué syndical, lorsqu’il apprend le licenciement d’Anne, décide de lancer une grève. Cette grève annoncée est d’autant plus mal venue qu’Anne était d’accord pour être licenciée et que Martine, sa femme et propriétaire de l’entreprise, l’a prévenu qu’un arrêt de travail du personnel pourrait être fatal à sa carrière de président.

Daniel cède à toutes les volontés de Philippe pourvu que celui-ci s’occupe du mieux possible de sa femme. Et voilà que la frivole Béatrice semble avoir jeté son dévolu sur Philippe qu’elle a trouvé attirant du moment qu’elle a appris qu’il cachait une nature de gauchiste révolutionnaire.

Théâtre : les ambitieux

On pourrait reprocher à Jean-Pierre About de ne pas "faire dans la dentelle" et de caricaturer situations et personnages mais l’auteur, (ancien Directeur Général d’Air Inter) a choisi d’écrire un vaudeville et il ne fait en réalité qu’obéir aux codes du genre.

Il le fait avec une certaine virtuosité dans l’enchaînement des situations et sa pièce est parfois très drôle.

En fait, personne n’est épargné dans sa vision de l’entreprise. Pas plus les employés sur lesquels pèse l’épée de Damoclès du licenciement que le PDG qui utilise à fond son pouvoir et qui finira par se trouver à son tour en état de fragilité, que le délégué syndical peu intègre et qui lui aussi, d’une autre façon, aime à jouer de son pouvoir.

C’est sur ces notes-là que Jean-Pierre About construit sa "pyramide narrative" comme un château de cartes. Certains rebondissements sont d’autant plus savoureux qu’ils sont inattendus et que chacun des personnages réserve des surprises qui, avec de malicieux jeux de rouages, relancent à chaque fois la machine vaudevillesque.

Dommage que la mise en scène soit aussi peu inventive. Pourquoi ne pas avoir utilisé l’idée des intermèdes chorégraphiques qui rythment le temps de l’action, pour lui apporter une note inventive. Il y avait matière à des moments débridés. Or, ces séquences sont d’une grande pauvreté et même si elles sont courtes, on a hâte de les voir s’achever pour ne pas nuire aux qualités de la pièce.

S’il y du souffle et du rythme, c’est que ceux-ci existent déjà dans le texte.

On se prend alors à imaginer, ce qu’avec un peu plus d’audace et d’inventivité dans la mise en scène, une direction d’acteurs plus maîtrisée, un décor moins conventionnel, la pièce de Jean-Pierre About pourrait donner.

Ce qui n’est, en l’état, qu’une plutôt bonne surprise pourrait prendre ampleur et hauteur et devenir un spectacle irrésistible.

Il faut aller voir le spectacle pour sa construction astucieuse, sa mécanique, ses rouages vaudevillesques.

Francis Dubois

Théâtre 14 20 Avenue Marc Sangnier 75 014 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 45 43 25 48

www.theatre14.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)