Actualité théâtrale

à l’Athénée - Théâtre Louis-Jouvet, jusqu’au 12 juin

"Les amours tragiques de Pyrame et Thisbé" Texte de Théophile de Viau. Mise en scène de Benjamin Lazar

Shakespeare avait puisé dans les Métamorphoses d’Ovide pour Le songe d’une nuit d’été ou Roméo et Juliette. Ce fut sans doute aussi la source d’inspiration de Théophile de Viau quand il écrivit Les amours tragiques de Pyrame et Thisbé.
Les deux jeunes gens s’aiment en dépit de la haine que se portent leurs deux familles. Mais ici, l’amour que le roi tyrannique porte à Thisbé représente un obstacle supplémentaire à leur idylle. La pièce est une tragédie qui fonctionne sur un mélange des genres peu habituel au XVIIème siècle mêlant répliques comiques ou satyriques, vers amoureux, monologues échappant aux règles de la composition dramatique et descriptions de la nature.
Les tout premiers moments du spectacle qui se donne sur le plateau de l’Athénée peuvent surprendre et déconcerter. La déclamation, la gestuelle excessive, l’éclairage à la bougie ont l’air d’annoncer un spectacle d’accès difficile et lancinant mais, très vite, le texte et le talent des comédiens séduisent. Le ton déclamatoire, la prononciation des terminaisons et des pluriels devient indissociable du fil du récit, soulignant autant le trait dramatique que l’humour. Le jeu de départ se trouve renforcé par le jeu des comédiens mais aussi par un jeu scénique à la fois cohérent, décalé et audacieux.

© Nathaniel Baruch

Benjamin Lazar a été formé par Eugène Green à la déclamation et à la gestuelle baroques. Son travail sur le théâtre du XVIIème siècle, l’art de l’acteur et les techniques de représentation l’ont amené à travailler également avec des ensembles de musique baroque. Cette formation, ces choix de travail se retrouvent dans sa mise en scène au scalpel, minutieuse et totalement aboutie dans son parti pris.
Au final un singulier mais magnifique spectacle et l’occasion de voir des comédiens dans la formidable expression de leur talent poussé jusqu’à des limites extrêmes.
Francis Dubois

Athénée.Théâtre Louis-Jouvet
Square de l’Opéra Louis-Jouvet
7 rue Boudreau 75 009 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 53 05 19 19
www.athenee-theatre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)