Actualité théâtrale

Théâtre musical, du 25 mars au 5 avril

"Les animaux malades de la peste" spectacle "Réduc’snes" au Théâtre de Ménilmontant

Créé en fin d’année 2007 au Vingtième Théâtre, puis joué en 2008 au Théâtre de Ménilmontant, ce spectacle écrit et interprété par François Bréant avec ses 17 complices de la compagnie Okéko, qui sont tour à tour ou tout à la fois chanteurs, musiciens, danseurs et comédiens... revient du 25 mars au 5 avril dans une version toujours aussi jubilatoire…
Avec sa célèbre fable publiée en 1678, Jean de La Fontaine fustigeait le roi et sa cour pour leur auto-indulgence et l’injustice de leurs verdicts. Alors qu’aujourd’hui, chaque semaine apporte son lot de nouveaux exemples des grandes inégalités entre tous ceux qui subissent la crise et les financiers et décideurs politiques qui l’ont engendrée… le texte de La Fontaine a gardé toute sa force. L’un de ses vers, "Ils n’en mouraient pas tous, mais tous étaient frappés", a d’ailleurs été récemment repris comme titre d’un film percutant sur la souffrance au travail, dans un style complètement différent de cette pièce de théâtre, inspiré de "Souffrance en France – la banalisation de l’injustice sociale", l’ouvrage de référence écrit par Christophe Dejours…
François Bréant s’est fait connaître comme musicien, arrangeur, compositeur, réalisateur de Bernard Lavilliers, Salif Keita, Enzo-Enzo, Kent et beaucoup d’autres (voir www.francoisbreant.com). Pour ce spectacle, il a rassemblé autour de lui certains de ses complices musiciens, "enfants du rock" de l’équipe originale de Lavilliers, Hector Drand à la guitare (également compositeur de la musique d’une quinzaine de films) et Manu "Speedy Manolo" Lacordaire aux percussions… et associé avec bonheur une vingtaine d’artistes de presque 3 générations, parmi lesquels Daniel Popp qui a composé une partie des chansons et joue le rôle du narrateur, pour cette création collective.

Ils associent des costumes chamarrés, de soie et de dentelles, qui pourraient être sortis de la cour de l’époque de La Fontaine, avec des textes qui résonnent très fort dans notre actualité, dans des interprétations polyphoniques d’un grand professionnalisme, aussi colorées que leurs vêtements. "Les animaux malades de la peste" sont particulièrement bien transposés dans la réalité des gens de pouvoir d’aujourd’hui. On rit beaucoup, et c’est un "rire de résistance" à la manière dont le définit Jean-Michel Ribes au Théâtre du Rond-Point.
L’humour, la qualité théâtrale et musicale, les trouvailles sont constantes dans cet assemblage réussi de chronique sociale et de pastiche musical. Un spectacle tout public où chacun peut prendre plaisir et trouver matière à jubilation et réflexion…
Philippe Laville

Théâtre de Ménilmontant,
15 rue du Retrait, 75020 (M° Gambetta)
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes – 10€ au lieu de 20 pour ce spectacle seulement - mais sur réservation impérative en se réclamant de cette information Snes) : 01 46 36 98 60

Représentations en semaine à 21h (du 25 au 27/3, puis 3 et 4/4), les dimanches 29 mars et 5 avril à 16h30.

"Les animaux malades de la peste" avec : F. Breant, C. Anders, S. Abon, C. Breant, M. Carpentier, H. Drand, D. Drouin, MJ. Faigniez, A. Hamon, K. Harris, E. Lacordaire, F. Lefebvre, M. Leonelli, S. Morais, R. Natale, D. Popp, C. Sacre.
Critiques, extraits vidéo, contact : www.okeko.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)