Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Rose et Alice Philippon (France)

"Les bêtises" Sortie en salles le 22 juillet 2015

François, trente-cinq ans, personnage lunaire et maladroit, a été abandonné par sa mère à sa naissance. Il a été adopté mais voilà que lui vient la nécessité subite de retrouver sa génitrice.
Par le plus grand des hasards, il retrouve ses coordonnées.
Il se présente chez cette femme au moment où une fête se prépare pour l’anniversaire du maître de maison. Croisant l’extra qui devait servir les invités, il le soudoie pour obtenir sa place et s’introduire dans la maison.
culture/cinéma
Mais François est un gaffeur capable, par sa simple présence, de provoquer des catastrophes en série. Son personnage peu enclin à remplir sa mission de serveur ne laisse pas indifférent Sonia, elle aussi engagée pour assurer le service de la fête.
La présence du jeune homme conduira à rétablir la vérité et la sérénité dans une famille qui vivait depuis toujours avec le poids d’un lourd mensonge.

Le film a un peu de mal à se mettre en place.
Il n’est sans doute pas facile d’imposer d’emblée dans un récit un personnage burlesque, un monsieur catastrophe qui aligne les "bêtises" et jette très vite sur lui toutes les suspicions.
D’autant plus que les catastrophes qu’il provoque font un peu "catalogue" du genre.
Mais le film trouve très vite le ton singulier qui convient avec le concours de Jérémie Elkaïm, interprète du rôle de François, sachant jouer sur la gestuelle, la démarche, la façon de se déplacer et trouver entre étonnement et chien battu, le regard qui fait mouche.
"Les bêtises" tourne dès lors à la comédie débridée et même si les ressorts comiques sont parfois un peu attendus, le ton de bonne humeur, le contour de chaque personnage, le rythme des rebondissements, le film devient une agréable composition.
Dans des rôles secondaires savoureux les comédiens excellent : Jacques Weber truculent, Anne Alvaro magistrale, Alexandre Steiger et Jonathan Lambert très drôles en organisateurs de la fête.
Mais celle qui convainc, avec discrétion et efficacité, la vraie révélation du film, c’est Sarah Giraudeau.
Sans jamais forcer le jeu, en gardant toujours une part de retenue, en jouant sr une légère émotion elle compose un singulier et convaincant personnage de comédie.

Autant d’atouts qui servent un film dont la qualité essentielle est qu’il est mené sans esbroufe, à un
degré de modestie qui le sert. Cette dose de bonne humeur n’est pas à négliger par les temps qui courent.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)