Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Catherine Pozzo di Borgo (France)

"Les brebis font de la résistance" Sortie en salles le 1er Avril


Un troupeau de moutons avance sur un chemin de terre. Petit à petit, il envahit tout l’écran, de bas en haut et ce n’est plus tout à fait un troupeau qu’on observe dans cette succession de têtes qui dodelinent mais quelque chose comme le motif unique et répété d’une composition surréaliste…
Le plateau du Larzac s’est battu dans les années 70 contre l’extension d’un camp militaire et pour le maintien de son agriculture et de son élevage.
Cent trois familles de paysans auxquelles s’étaient ajoutés des sympathisants au mouvement se sont élevés contre l’expropriation annoncée des terres. Tous déterminés dans leur lutte acharnée, ils ont su rallier à leur cause, l’opinion publique.
Aujourd’hui le plateau reste encore un lieu de résistance, celui, entre autres, de José Bové, porte-parole de la confédération paysanne. Ses habitants y ont trouvé un équilibre économique qui leur permet de vivre modestement certes, mais sur une terre qu’ils ont choisie, aimée et à laquelle ils restent infiniment attachés.
Le Causse d’une superficie de mille kilomètres carrés est à cheval sur les départements de l’Aveyron et de l’Hérault. Sa terre calcaire qui donne des étendues désertiques limite les activités presque exclusivement à l’élevage de la brebis dont le lait sert à la fabrication du célèbre fromage de Roquefort, même si une diversification des cultures y est en cours.
Après dix années de lutte, certains sympathisants du mouvement qui avaient squatté des fermes en ruine se sont installés sur le plateau. Associés aux paysans, ils ont crée la Société civile des terres du Larzac et se sont mobilisés pour récupérer les 6 300 hectares de terres qui avaient été vendus à l’armée.
Dorénavant, sur le Larzac est pratiquée une agriculture basée sur le respect de l’environnement et sur un réelle solidarité entre les exploitants.
Le film de Catherine Pozzo di Borgo, à travers différents témoignages, revient sur la lutte des années 70 et dresse un état des lieux de la situation actuelle. On croise dans son film les militants de la première heure et tous ceux qui ont résisté aux décennies. Ils disent tous leur plaisir d’être là et la caméra qui les surprend dans le feu de leurs activités ou dans les moments de détente qu’ils s’accordent vient confirmer leurs dires. Le plateau du Larzac serait-il devenu à force d’une lutte commune, une enclave où l’espèce humaine aurait laissé ses mauvais penchants au vestiaire au profit de la solidarité et de l’amitié ?
Et même s’il y avait dans ce constat un peu d’angélisme, on est heureux d’y croire.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sergio et Sergei »
    1991. La guerre froide est terminée et l’URSS s’écroule. Sergei, un cosmonaute russe est resté coincé dans l’espace, oublié par les soviétiques qui ont d’autres chats à fouetter. A Cuba, grâce à une... Lire la suite (25 mars)
  • « Companeros »
    En 1973, l’Uruguay bascule dans la dictature. Des opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Le film de Alvaro Brechner s’attache aux terribles conditions... Lire la suite (24 mars)
  • « C’est ça l’amour »
    Depuis que sa femme a quitté le domicile, Mario assure le quotidien domestique et s’occupe seul de ses deux filles, Fida, quatorze ans, qui lui reproche le départ de sa mère et Niki, dix-sept ans, en... Lire la suite (23 mars)
  • « Still Recording »
    En 2011, Saeed a vingt ans. Étudiant ingénieur, il quitte Damas pour Douma et pour participer à la révolution syrienne. Quelque temps plus tard, il est rejoint par son ami Milad, étudiant aux... Lire la suite (23 mars)
  • « Sunset »
    1913, Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. Son retour a Budapest est motivé par le désir de travailler dans le magasin de chapeaux dont autrefois, ses... Lire la suite (19 mars)