Actualité théâtrale

Les premiers mardis du mois à 12h30 à la Salle Gaveau

« Les causeries d’Emma la Clown »

Il y a maintenant vingt ans que Meriem Menant a crée son personnage d’Emma la clown avec sa chemise de flic bleu clair et sa cravate, sa jupe plissée qui pendouille et ses chaussettes qui godillent, son chapeau informe et son gros nez violacé. Au départ elle ne voulait pas être clown, mais comédienne. Outre ses spectacles en solo, où elle a parlé politique, psychanalyse, Dieu et la mort, elle a commencé un cycle avec l’haptothérapeute Catherine Dolto, où la clown interpellait la thérapeute. Cette conférence qui devait être unique a eu beaucoup de succès et a été jouée une bonne centaine de fois. Il y en eut ensuite une sur l’amour en 2013 et une troisième sur l’écologie en 2015. Suivirent des conférences mathématiques avec le mathématicien Anatole Khelif.

Ces rencontres avec des savants, experts en leur domaine, lui ayant procuré beaucoup de plaisir et lui ayant prouvé que le public aime rire en apprenant et apprendre en riant, Meriem Menant a proposé une série de rencontres avec un expert, une par mois, d’une durée d’une heure précise, à l’heure du déjeuner. « Permettre aux spectateurs d’écouter un « sachant » parler physique quantique, chant lyrique, chanson française ou névrose tout en riant, fait intensément partie de mon travail d’artiste » dit-elle.

Théâtre : Les causeries d'Emma la Clown

Le dispositif sera toujours identique. Elle commence par présenter le parcours de l’artiste ou de l’expert, puis posera des questions. Depuis quand ? Pourquoi ? Qu’est ce que tu voulais faire quand tu étais petit(e) ? Puis, tout de même, parce qu’on est avec une clown « Est-ce que tu manges du gluten ? ». Avec une naïveté, feinte avec beaucoup de talent, et une grande complicité avec l’intervenant comme avec le public, elle rebondit sur les réponses en provoquant le rire sans que l’attention et l’envie d’apprendre ne se tarisse.

C’est avec Nathalie Dessay, la célèbre soprano qu’ont commencé ces causeries. Cela démarre dans la légèreté, la chanteuse révélant les hasards qui l’ont conduit à une carrière de chanteuse d’opéra alors qu’elle aurait pu être danseuse, comédienne ou … professeur d’allemand, ce qui offre à Emma bien des possibilités de faire rire le public. La « causerie » offre aussi l’occasion d’évoquer la question du trac, des chaussures à porter, de savoir s’il vaut mieux manger avant ou après. Mais Emma pose aussi naïvement des questions comme « C’est quoi chanter ? » une question si vaste qu’elle permet à Nathalie Dessay d’expliquer comment un(e) chanteur(se) d’opéra s’entraîne, de donner des explications sur les différentes tessitures, le vibrato, la trille, la technique allemande, italienne, russe, anglaise. Et là bien sûr le clown s’en mêle « on ne sait pas bien ce que c’est … l’Anglais n’est pas fiable et avec le Brexit ... » La clown arrive même à l’entraîner dans une sorte de masterclass où Emma se révèle étonnante. Des surprises, du rire, des connaissances qui arrivent avec légèreté, voilà une heure bien agréable !

Micheline Rousselet

À suivre :
- 5 novembre le spécialiste de physique quantique Etienne Klein
- 3 décembre la chanteuse Juliette
- 7 janvier la pianiste Anne Queffelec
- 28 janvier (sous réserve) l’astrophysicien et écologiste Hubert Reeves
- 3 mars l’astrophysicien Jean-Pierre Bibring
- 7 avril l’hapnothérapeute Catherine Dolto
- 5 mai le mathématicien Anatole Khelif

Salle Gaveau

45 rue la Boétie, 75008 Paris

Réservations : 01 49 53 05 07

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)