Actualité théâtrale

Les premiers mardis du mois à 12h30 à la Salle Gaveau

« Les causeries d’Emma la Clown »

Il y a maintenant vingt ans que Meriem Menant a crée son personnage d’Emma la clown avec sa chemise de flic bleu clair et sa cravate, sa jupe plissée qui pendouille et ses chaussettes qui godillent, son chapeau informe et son gros nez violacé. Au départ elle ne voulait pas être clown, mais comédienne. Outre ses spectacles en solo, où elle a parlé politique, psychanalyse, Dieu et la mort, elle a commencé un cycle avec l’haptothérapeute Catherine Dolto, où la clown interpellait la thérapeute. Cette conférence qui devait être unique a eu beaucoup de succès et a été jouée une bonne centaine de fois. Il y en eut ensuite une sur l’amour en 2013 et une troisième sur l’écologie en 2015. Suivirent des conférences mathématiques avec le mathématicien Anatole Khelif.

Ces rencontres avec des savants, experts en leur domaine, lui ayant procuré beaucoup de plaisir et lui ayant prouvé que le public aime rire en apprenant et apprendre en riant, Meriem Menant a proposé une série de rencontres avec un expert, une par mois, d’une durée d’une heure précise, à l’heure du déjeuner. « Permettre aux spectateurs d’écouter un « sachant » parler physique quantique, chant lyrique, chanson française ou névrose tout en riant, fait intensément partie de mon travail d’artiste » dit-elle.

Théâtre : Les causeries d'Emma la Clown

Le dispositif sera toujours identique. Elle commence par présenter le parcours de l’artiste ou de l’expert, puis posera des questions. Depuis quand ? Pourquoi ? Qu’est ce que tu voulais faire quand tu étais petit(e) ? Puis, tout de même, parce qu’on est avec une clown « Est-ce que tu manges du gluten ? ». Avec une naïveté, feinte avec beaucoup de talent, et une grande complicité avec l’intervenant comme avec le public, elle rebondit sur les réponses en provoquant le rire sans que l’attention et l’envie d’apprendre ne se tarisse.

C’est avec Nathalie Dessay, la célèbre soprano qu’ont commencé ces causeries. Cela démarre dans la légèreté, la chanteuse révélant les hasards qui l’ont conduit à une carrière de chanteuse d’opéra alors qu’elle aurait pu être danseuse, comédienne ou … professeur d’allemand, ce qui offre à Emma bien des possibilités de faire rire le public. La « causerie » offre aussi l’occasion d’évoquer la question du trac, des chaussures à porter, de savoir s’il vaut mieux manger avant ou après. Mais Emma pose aussi naïvement des questions comme « C’est quoi chanter ? » une question si vaste qu’elle permet à Nathalie Dessay d’expliquer comment un(e) chanteur(se) d’opéra s’entraîne, de donner des explications sur les différentes tessitures, le vibrato, la trille, la technique allemande, italienne, russe, anglaise. Et là bien sûr le clown s’en mêle « on ne sait pas bien ce que c’est … l’Anglais n’est pas fiable et avec le Brexit ... » La clown arrive même à l’entraîner dans une sorte de masterclass où Emma se révèle étonnante. Des surprises, du rire, des connaissances qui arrivent avec légèreté, voilà une heure bien agréable !

Micheline Rousselet

À suivre :
- 5 novembre le spécialiste de physique quantique Etienne Klein
- 3 décembre la chanteuse Juliette
- 7 janvier la pianiste Anne Queffelec
- 28 janvier (sous réserve) l’astrophysicien et écologiste Hubert Reeves
- 3 mars l’astrophysicien Jean-Pierre Bibring
- 7 avril l’hapnothérapeute Catherine Dolto
- 5 mai le mathématicien Anatole Khelif

Salle Gaveau

45 rue la Boétie, 75008 Paris

Réservations : 01 49 53 05 07

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les Mille et Une Nuits »
    Guillaume Vincent aime les contes et les mythes. Il l’avait déjà prouvé avec Songes et Métamorphoses où il explorait les Métamorphoses d’Ovide. Rien d’étonnant donc à ce qu’il se penche sur Les... Lire la suite (19 novembre)
  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)