Actualité théâtrale

au Théâtre Nanterre-Amandiers, jusqu’au 23 octobre

"Les chaises" d’Eugène Ionesco, mise en scène Luc Bondy

© Pascal Victor

Un couple de centenaires encore vaillants vit isolé sur une île. Leur existence est codée, rythmée par les histoires qu’ils ressassent et se racontent inlassablement. Il se sont aimés et s’aiment encore même si la vieille reproche au vieux une absence d’ambition qui a compromis la réussite sociale à laquelle il était destiné. Auteur et penseur, il est sur le point d’avoir sa revanche sur la médiocrité en révélant le message universel qu’il détient et qu’il va livrer à l’humanité. Un orateur professionnel sera chargé de transmettre à sa place ses révélations devant un auditoire constitué d’éminentes personnalités du monde entier. Chaque nouvel arrivant se voit proposer une chaise. Elles s’ajoutent une à une et seront bientôt si nombreuses qu’elle occuperont tout l’espace…
En 1968, Luc Bondy dont le père était un proche d’Eugène Ionesco, fut chargé de traduire "Victime du devoir", une pièce que le dramaturge s’apprêtait à mettre en scène. En 1972, il présente une première mise en scène des "Chaises" à Nuremberg.
Presque 40 ans plus tard, il récidive à Nanterre pour notre plus grand plaisir de spectateur…
Si, à l’époque où elle fut écrite -1952-, la pièce s’inscrivait dans la forme novatrice du théâtre de l’absurde, elle prend cette fois-ci, sur le plateau de la salle transformable des Amandiers, avec la mise en scène de Luc Bondy, une coloration presque réaliste. Luc Bondy fait le choix de centrer son travail sur la solitude de ce couple de vieux pathétiques et les dialogues prennent, dans leurs bouches, une résonance presque familière. Les deux comédiens hors pairs se chargent du reste et une grande partie du plaisir qu’on a à assister à ce spectacle, on la leur doit. Micha Lescot, méconnaissable est un "vieux" magnifique, inventif et drôle et tant mieux si avec Luc Bondy, il rompt avec un jeu désarticulé où on le voyait s’enfoncer de saison en saison. Dominique Reymond, comédienne orfèvre, joue dans tous les sens avec son personnage. Elle le monte, le démonte, le joue le déjoue. Là aussi, c’est magnifique…
Ils correspondent tout deux à la didascalie de Ionesco où il indiquait qu’il fallait choisir des acteurs jeunes pour interpréter les deux vieux.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo Picasso 92022 Nanterre cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00
www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)