Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Olivier Jahan (France)

"Les châteaux de sable" Sortie en salles le 1er avril 2015.

Lorsqu’Eléonore demande à Samuel, cet ancien compagnon avec qui elle a vécu cinq ans, de l’accompagner pour un week-end en Bretagne, est-ce bien sans arrière-pensée amoureuse ?

Lui, enseignant en histoire, a entre-temps rencontré une autre fille. Elle, par contre, vient de rompre avec son dernier petit ami et se trouve professionnellement dans une impasse.

La raison du week-end dans les Côtes d’Armor : assister l’agent immobilier au moment des visites d’éventuels acheteurs de la maison que lui a léguée son père récemment décédé.

Eléonore est à la fois fragilisée par le souvenir de son père présent à chaque endroit de la maison et par l’attirance persistante qu’elle a pour Samuel.

L’agent immobilier, une charmante jeune femme qui prend le couple en sympathie, est-elle consciente que par son comportement vis-à-vis d’eux, elle va jouer un rôle dans leur irrésistible

rapprochement amoureux…

Cinéma : les châteaux de sable

D’une histoire cousue de fil blanc : le retour à leurs sentiments l’un pour l’autre d’un couple qui s’est séparé sans doute prématurément, Olivier Jahan en s’appuyant sur un scénario très "écrit" de

Diastème, réalise un film qui joue, hors des sentiers battus, sur une émotion brute sans angélisme ni mièvrerie.

Eléonore est une jeune femme forte, capable d’assumer son inconstance et les difficultés de tous ordres qu’elle traverse.

Samuel n’est pas un garçon à s’attarder sur ses états d’âme et l’amour qu’il éprouve pour sa nouvelle compagne paraît assez solide pour éloigner de lui le doute à propos des sentiments qu’il pourrait encore éprouver pour Eléonore.

Mais chaque moment qu’ils sont amenés à passer ensemble, à leur insu, va les remettre sur le rail de leurs sentiments passés.

Le désarroi d’Eléonore à se retrouver dans ce lieu où elle a vécu des moments d’amour forts avec Samuel et en compagnie de ce père dont elle était si proche va émouvoir le garçon qui, au nom de leur histoire passée, va jouer les Saint- Bernard et aller au secours de la jeune femme.

Parallèlement à ce rapprochement, il va se voir petit à petit s’éloigner de la compagne qu’il a laissée à Paris et de son côté, Eléonore va faire tomber tous les barrières qu’elle avait sans doute dressées entre elle et Samuel.

L’histoire d’amour qui se réinvente sous nos yeux avec beaucoup de subtilité, par touches successives, presque de façon souterraine, est d’autant plus touchante que longtemps, les protagonistes restent méfiants, voire réticents à un retour aux sentiments du passé.

Mais toute l’originalité du récit réside dans l’apparition intrusive de Claire Andrieux, la jeune agent immobilière.

La sympathie, voire l’attirance qu’elle éprouve pour le jeune couple jouera un rôle déterminant dans leur rapprochement progressif.

La façon dont le scénario introduit ce personnage dans le récit, à la fois chargé de spontanéité et d’ambiguïté donne une dimension presqu’étrange au film, un relief narratif inattendu, lui apporte une fraîcheur envahissante.

A son approche, les personnages gagnent en profondeur, développent un regain d’émotion et le film revisite complètement les codes d’une histoire attendue.

On peut ajouter à l’actif de ces " Châteaux de sables " une interprétation formidable.

Emma de Caunes est parfaite en jeune femme blessée à la fois rebelle et soumise aux sentiments qui la gagnent. Jeanne Rosa donne toute son ambiguïté joyeuse au personnage de Claire et Yannick Rénier, le frère de son frère Jéremie, confirme ici qu’il est un remarquable comédien.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)