Actualité théâtrale

Á partir du 14 janvier au Petit Montparnasse

« Les chatouilles »

Odette s’est jetée dans la danse comme on se jette à l’eau. Jolie petite fille blonde, elle a subi « les chatouilles » d’un ami de la famille. Cette histoire de viol d’une enfant s’est imposée à Andrea Bescond, elle-même danseuse. C’est un combat pour exister, pour respirer, pour survivre qui mène son héroïne des tournées de danse et des comédies musicales aux castings miteux, de l’alcool à la drogue, jusqu’à ce qu’elle trouve, des années plus tard, la force de dire, de porter plainte, d’aller en justice, de faire entendre ce que beaucoup, y compris sa propre mère, ne veulent pas entendre. C’est seulement à ce moment qu’elle pourra commencer à se reconstruire.

Théâtre : les chatouilles

Andrea Bescond est Odette. Naïve, elle est trompée par un adulte qui semble bienveillant, elle subit, se tait, croit trouver une échappatoire, est rattrapée, trouve dans la danse un moyen de crier les mots qu’elle n’arrive pas à prononcer. Danser c’est arriver à donner à son corps une autre place que celle d’une proie pour pédophile. La danse et la musique tiennent une place centrale, mais il y a une autre originalité dans cette création. On n’est jamais dans le pathos ni dans le voyeurisme, c’est la vie qui pétille. Il y a des chagrins énormes, des souffrances que l’on crie mais aussi beaucoup d’humour et des rires qui éclatent.

Très bien mise en scène par Éric Métayer, Andréa Bescond explose sur la scène. Danseuse, elle sait tout faire de la danse contemporaine à la comédie musicale, de la danse classique au hip-hop. Actrice, elle joue tous les rôles, de la petite fille au professeur de danse à l’accent marseillais, accablée par la chaleur et son embonpoint, coincée entre les injonctions aux élèves et les réponses aux parents. Elle est cette enfant puis cette jeune femme qui virevolte de ville en ville, file de tournée en tournée, s’étourdit de fête en fête et à qui il faudra un énorme courage pour parler à sa mère, qui fuit toute confidence et nie la souffrance de sa fille, comme au flic de base, peu délicat, qui reçoit sa plainte. On la suit du rire aux larmes et l’on a envie de la prendre dans ses bras.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, matinée le samedi à 16h30

Petit Montparnasse

31 rue de la Gaîté, 75014 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 22 77 74

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)