Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

"Les citronniers" un film de Eran Riklis, réalisateur et producteur israélien

Dans un petit village situé à la frontière de la Cisjordanie et d’Israël, Salma exploite avec la seule aide d’un vieil ouvrier, une plantation de citronniers. Or, le ministre israélien de la Défense vient s’installer avec sa famille dans une villa jouxtant l’exploitation. Du coup, les citronniers représentent un danger, leur feuillage dense pouvant faciliter l’accès à la villa et favoriser un attentat contre le ministre. Il est alors question de raser la plantation. Salma s’y oppose. Avec l’aide d’un jeune avocat, elle va se battre jusqu’à ce que l’affaire passe devant la Cour Suprême et que d’une simple affaire de voisinage elle se transforme en enjeu politique.

Eran Riklis dresse le portrait d’une femme confrontée à un triple problème : conserver à tout prix et dans l’état le champ de citronniers que lui a légué son père, protéger l’arbre dans ce qu’il a de symbolique et garder une exploitation qui lui permet de vivre.
Le combat qu’elle mène avec acharnement contre une réalité absurde représente le meilleur du film et l’interprétation que donne du personnage de Salma, l’actrice Hiam Abbass est magnifique. Et même si l’attirance réciproque de la jeune veuve et de son avocat est un peu trop attendue, le personnage de Salma y gagne en épaisseur car l’idylle, l’exposant aux critiques de voisinage lui offre l’occasion d’un autre combat, celui de sa liberté de femme.
Fallait-il aller jusqu’à établir une complicité entre Salma et l’épouse du ministre de l’intérieur, à faire adopter à cette dernière une prise de position dissidente au-delà du conflit Israélo-palestinien ? On frôle alors le danger qui menaçait. Celui des bons sentiments.
Eran Riklis qui avait réalisé en 2004 "La fiancée syrienne", couronné dans de nombreux festivals dont celui de Locarno ou à celui des Films du Monde de Montréal, signe avec Les citronniers une œuvre personnelle, généreuse et dont on garde malgré certaine facilités de scénario, une image forte.
Un beau personnage de femme, une belle performance de comédienne. Une histoire exemplaire qui donne un éclairage particulier sur le conflit israélo-palestinien.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)
  • « Le voyage de Marta »
    Marta que son père à invitée avec son jeune frère pour des vacances au Sénégal dans un complexe touristique avec excursions et animations, s’ennuie ferme mais prend son mal en patience. Elle traîne sa... Lire la suite (13 juillet)