Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

"Les citronniers" un film de Eran Riklis, réalisateur et producteur israélien

Dans un petit village situé à la frontière de la Cisjordanie et d’Israël, Salma exploite avec la seule aide d’un vieil ouvrier, une plantation de citronniers. Or, le ministre israélien de la Défense vient s’installer avec sa famille dans une villa jouxtant l’exploitation. Du coup, les citronniers représentent un danger, leur feuillage dense pouvant faciliter l’accès à la villa et favoriser un attentat contre le ministre. Il est alors question de raser la plantation. Salma s’y oppose. Avec l’aide d’un jeune avocat, elle va se battre jusqu’à ce que l’affaire passe devant la Cour Suprême et que d’une simple affaire de voisinage elle se transforme en enjeu politique.

Eran Riklis dresse le portrait d’une femme confrontée à un triple problème : conserver à tout prix et dans l’état le champ de citronniers que lui a légué son père, protéger l’arbre dans ce qu’il a de symbolique et garder une exploitation qui lui permet de vivre.
Le combat qu’elle mène avec acharnement contre une réalité absurde représente le meilleur du film et l’interprétation que donne du personnage de Salma, l’actrice Hiam Abbass est magnifique. Et même si l’attirance réciproque de la jeune veuve et de son avocat est un peu trop attendue, le personnage de Salma y gagne en épaisseur car l’idylle, l’exposant aux critiques de voisinage lui offre l’occasion d’un autre combat, celui de sa liberté de femme.
Fallait-il aller jusqu’à établir une complicité entre Salma et l’épouse du ministre de l’intérieur, à faire adopter à cette dernière une prise de position dissidente au-delà du conflit Israélo-palestinien ? On frôle alors le danger qui menaçait. Celui des bons sentiments.
Eran Riklis qui avait réalisé en 2004 "La fiancée syrienne", couronné dans de nombreux festivals dont celui de Locarno ou à celui des Films du Monde de Montréal, signe avec Les citronniers une œuvre personnelle, généreuse et dont on garde malgré certaine facilités de scénario, une image forte.
Un beau personnage de femme, une belle performance de comédienne. Une histoire exemplaire qui donne un éclairage particulier sur le conflit israélo-palestinien.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)
  • « Trois jours et une vie »
    En 1999, au moment des fêtes de fin d’année, à Olloy, une bourgade des Ardennes belges, un enfant disparaît mystérieusement. Les soupçons se portent tour à tour sur plusieurs villageois et l’atmosphère... Lire la suite (15 septembre)
  • « Édith en chemin vers son rêve »
    A 83 ans, Édith Moore (Edie) est une femme qui, regardant en arrière, a soudain le sentiment d’avoir raté sa vie. Quand, à la mort de son mari, infirme depuis des décennies et auquel elle était toute... Lire la suite (14 septembre)
  • « Nous le peuple »
    Un groupe de taulards de Fleury-Mérogis, un autre regroupant des femmes d’un collectif de Villeneuve-Saint-Georges, un groupe de lycéens de 1ére ES de Sarcelles ont en commun le projet un peu fou... Lire la suite (14 septembre)
  • « Tu mérites un amour »
    Lila est folle amoureuse de Rémi, un garçon séduisant mais volage dont elle a découvert récemment l’infidélité. Elle est déterminée à défendre son amour en perdition et à éliminer sa rivale du moment. Elle... Lire la suite (9 septembre)