Actualité théâtrale

au Théâtre Nanterre Amandiers, jusqu’au 13 février

"Les coloniaux" de Aziz Chouaki, mise en scène de Jean-Louis Martinelli

Ce texte a été commandé à Aziz Chouaki par le Conseil Général de la Meuse pour la commémoration du 90ème anniversaire de la bataille de Verdun.
Jean-Louis Martinelli, directeur du Théâtre des Amandiers, qui avait déjà mis en scène en 2004 « Une virée » du même auteur, jouée plus de cent fois, s’est attelé à la nouvelle pièce de cet auteur singulier.

Dès août 1914 la France affecte dans les rangs de son armée des indigènes recrutés en Algérie, en Tunisie et au Maroc. On les retrouve dans différents corps comme les Tirailleurs, le Spahis, les Zouaves, les Chasseurs d’Afrique. Ils appartiennent tous à "l’Armée d’Afrique" dont l’emblème était un croissant. Entre 1914 et 1918 ils ont été 290 000 à combattre au service de la France, sur le territoire français mais également aux Dardanelles, dans les Balkans et en Palestine. A la fin de la guerre, 28 200 d’entre eux avaient péri au combat et 7700 autres étaient portés disparus.
Mohand, personnage principal de la pièce est un conteur de fantaisie. Il donne plusieurs raisons à sa présence dans l’armée française pendant la guerre. L’une de celles qui l’ont motivé est sérieuse et pontifiante, c’est la défense des valeurs culturelles et historiques de la France, Chateaubriand et Jeanne d’Arc. L’autre, qui peut laisser perplexe, est son admiration pour les Pieds Nickelés et leurs aventures. Et c’est aussi l’adepte de Ribouldingue, Filochard et Croquignol que nous allons suivre sur le Front.
Quelle que soit la raison qui l’a amené à s’engager, Mohand a montré dans le feu de l’action conviction, énergie et courage, et cela sans s’interroger sur ce qui lui arrivera à la fin de la guerre.
« Les Coloniaux » ne montre aucune amertume à propos de ce qui suivra et du peu de cas que la France fera de l’engagement de ces hommes. La pièce se contente de laisser s’exprimer, dans un langage hybride, ce conteur-poète dont la spontanéité va tour à tour faire rire et émouvoir. Et qui, mettant de côté la reconnaissance des faits, la compassion, la repentance, ne demande finalement à la France qu’un peu de mémoire…

Aziz Chouaki est né en Algérie. Il vit en France depuis 1991. Il est à la fois dramaturge, romancier et musicien. Tant dans « Les oranges », la pièce qui l’a fait connaître, que dans les textes qui ont suivi ou les romans qu’il a publiés, s’il se montre cynique, il modère par le ciselage de la forme et par l’humour dont il fait preuve, la gravité des sujets qu’il aborde.

Théâtre Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo Picasso 92 022 Nanterre.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00 – www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les Mille et Une Nuits »
    Guillaume Vincent aime les contes et les mythes. Il l’avait déjà prouvé avec Songes et Métamorphoses où il explorait les Métamorphoses d’Ovide. Rien d’étonnant donc à ce qu’il se penche sur Les... Lire la suite (19 novembre)
  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)