Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

polar

« Les compromis », M. Calligaro et E. Cardère Peut-on tuer pour l’Europe ?

Une députée européenne, Sandrine Berger, écologiste, a été assassinée le jour où elle devait présenter un rapport sur les scandales du moteur diesel. Point de départ d’une enquête qui fait découvrir les arcanes de l’Union Européenne, la manière dont elle fonctionne, les places respectives du Parlement, de la Commission et des Conseils des chefs d’État et de gouvernement ou des ministres concernés par un problème spécifique. Résumé de cette manière, ce polar peut sembler rébarbatif et tomber du côté du manuel du parfait parlementaire européen. Il n’en est rien. Pourquoi avoir assassiné cette députée qui n’a pas de caractéristiques particulières à priori sinon le rapport qu’elle devait présenter le matin de sa mort ? Tous les personnages interrogés pour découvrir la vérité sont à la fois des stéréotypes – tellement Bruxelles formate les individus – et vivants. Leur fonction les définit et ils sont aussi des personnages. Ce n’est pas le moindre mérite de ce roman « vrai ».

Polar : Les compromis

Les causes de l’assassinat sont-elles à rechercher dans la vie personnelle de la députée ? En relation avec le rapport ? Quels sont ses liens avec son attaché parlementaire qui sert de narrateur ? Avec le responsable des Verts qui encadre l’ensemble des député.e.s de son courant politique et celui qui travaille réellement ? Des questions qui guident l’enquête dans un décor construit sur les crises qui secouent l’Union Européenne.

Les auteurs, Maxime Calligaro et Eric Gardère, connaissent bien les coulisses de la construction européenne. Ils ont été des « Insiders », des travailleurs de cette construction qui, parfois, tient plus du fantôme que de la réalité. « Les compromis » était le seul titre possible tellement le fonctionnement journalier de ces institutions repose sur la nécessité de se mettre d’accord pour que la décision européenne soit possible. Une raison supplémentaire du titre est lié à l’assassinat lui-même qui a quelque chose à voir avec l’UE elle-même. Une lecture salutaire.

Nicolas Béniès

« Les compromis », M. Calligaro et E. Cardère, Rivages/Noir.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Deux polars, de Pologne et de Slovaquie
    Du côté de Varsovie Zygmun Miloszewski est salué, à juste raison à la lecture de « Te souviendras-tu de demain ? », comme un romancier qui compte. Il met en scène un couple de vieux amants mariés,... Lire la suite (25 août)
  • « A tombeau ouvert », Raul Argemi
    Raoul Argemi, aujourd’hui journaliste, romancier et homme de théâtre, fut, en 1975, un des acteurs de la lutte armée contre la dictature. Cette expérience sert de toile de fond à ce roman, « A tombeau... Lire la suite (23 août)
  • « Une année de cendres », Philippe Huet
    . Philippe Huet longtemps rédacteur en chef adjoint de Paris Normandie a voulu, dans « Une année de cendres », raconter l’histoire de deux truands qui ont tenu Le Havre de la fin de la seconde... Lire la suite (23 août)
  • « Stoneburner », William Gray
    William Gray (1941-2012) est considéré, aux Etats-Unis comme le maître du « Southern Gothic », un genre qui mélange allègrement le noir avec des ingrédients tenant du grotesque ou du surréel venant en... Lire la suite (22 août)
  • Spécial James Lee Burke.
    Dave Robicheaux, flic de Louisiane, est le personnage clé de l’œuvre de James Lee Burke, son double plus sans doute que ses autres personnages. Robicheaux c’est la Nouvelle-Orléans, sa corruption,... Lire la suite (1er août)