Actualité théâtrale

Jusqu’au 7 avril à La Folie Théâtre

"Les contes de la peur bleue"

Tous les enfants adorent se raconter dans le noir des histoires qui font « un petit peu peur ». Dans une maison abandonnée quelque part en Normandie, deux femmes organisent un concours étrange pour savoir laquelle réussira le mieux à faire peur aux petits visiteurs qui sont dans la salle. Après avoir énoncé quelques règles du savoir faire peur, elles vont nous conter des histoires de malédictions, de revenants, de vampires, de cimetières, de brumes sinistres, de maisons étranges où les cadres s’animent. Les nouvelles adaptées de Guy de Maupassant, de Théophile Gautier et de Jean Markale entraînent le public, jeune et moins jeune, dans un univers fantastique et macabre pour partager un grand plaisir, faire peur et avoir peur. Les textes ont été un peu adaptés pour être compréhensibles par des enfants à partir de 7 ans. L’enchaînement des contes est fondé sur l’idée de la surenchère et il y a une progression car on passe du récit au jeu d’acteurs.
Les deux actrices enveloppées dans de lourdes robes sombres, qui évoquent l’atmosphère victorienne, évoluent dans un décor de volutes de tissus et d’objets suspendus. Tandis que les costumes imposants donnent aux personnages un poids bien réel, la scénographie est légère et fantomatique. Derrière les voiles de tissus, c’est le brouillard qui se lève ou les revenants qui s’agitent dans le cimetière. La musique sait aussi accompagner les personnages terrifiés.
Les deux actrices, Hélène Boisbeau qui signe aussi l’adaptation et la mise en scène, et Marie-Hélène Grimigni, créent une atmosphère mystérieuse et un peu inquiétante, mais jamais lourde car elles savent y instiller des touches d’humour. Elles ont un talent fou et savent faire passer les enfants du récit qui fait « un petit peu peur » à celui qui fait un peu plus peur pour désamorcer le tout dans un grand éclat de rire final. Ne craignez rien, les enfants ne sont pas terrorisés ! Il n’est qu’à entendre à la sortie leurs discussions pour savoir ce qui a fait le plus peur, pour comprendre que le spectacle est très réussi.
Micheline Rousselet

La Folie Théâtre
6 rue de la Folie-Méricourt, 75011 Paris
les mercredis et samedi à 14h30 et tous les jours à 14h30, sauf le dimanche, pendant les vacances scolaires jusqu’au 6 mars.
Réservations : 01 43 55 14 80
(en se recommandant du Snes et de cet article – nous sollicitons ce Théâtre pour Réduc’Snes)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)