Actualité théâtrale

Au Théâtre La Bruyère

"Les couteaux dans le dos" Texte et mise en scène de Pierre Notte

Marie est une toute jeune fille mal dans sa peau, mal dans une famille qu’elle veut fuir. Elle a horreur qu’on la touche. Elle le dit sur tous les tons. Elle reproche à ses parents de cultiver la bonne conscience à bon compte. Elle s’entaille une main et se fait la malle même si c’est prématuré et si elle ne sait pas encore que son seul ennemi, c’est souvent soi-même. Munie d’un seul paquet de Figolu pour le voyage, elle fera gardienne de péage sur une autoroute parce que dans une cage de verre, on se sent protégé, en tout cas, à l’abri de certaines agressions du monde.

©2009-ifou pour le pole media

Quand elle part plus loin, c’est pour Oslo, Stockholm, les fjords. Elle finit par rencontrer un gardien de phare qui, comme elle, s’est coupé la main…
On est dans le monde domestique mais on est ailleurs et jusque chez Ibsen ou Marguerite Duras. On voyage dans le temps et jusqu’au delà des frontières de la mort. On croise des trolls, un sphinx et des fantômes. Il ne faut pas attendre de la pièce de Pierre Notte, qu’elle soit linéaire, explicative. C’est tout le contraire et c’est réjouissant pour le spectateur de faire la découverte d’une écriture aussi vive, heurtée, espiègle, inspirée, drôle, distanciée et vraie qui n’occulte aucun problème et dont la morale serait, si elle existait : dans la vie, tout peut arriver même rien.
Cinq comédiennes se partagent la partition. Elles donnent le texte dans tout ce qu’il a de vif, d’audacieux, de tendre, de simple et de tortueux à un rythme effréné. Comme toujours, à restituer des textes d’une écriture aussi personnelle, il y a un danger constant à perdre le fil, à se casser le nez, à ne déboucher que sur un simple exercice de style. Mis à part Marie qui est jouée par la même jeune comédienne, les quatre autres jouent tour à tour le père, la mère, le gardien de phare, le flic, la directrice, la conseillère d’orientation mais également Ophélie, Phèdre, Médée ou Rainer Marie Rilke. Toutes évoluent avec un talent d’acrobate sur le terrain glissant, ou semé d’embûches, que leur a concocté Pierre Notte, mais elle sont là en parfaites complices de cette musique si particulière.
Si parfois le texte déroute c’est qu’il est foisonnant. S’il fait rire c’est qu’il est drôle et qu’il fait mouche. S’il fait grincer des dents, c’est qu’il tape dans le mille des nos vieilles peurs ou des vieilles hontes qui nous habitent.
Francis Dubois

Théâtre La Bruyere
5, rue La Bruyère
PARIS-75009 (M° St Georges)
(acceuillant une pièce créée au théâtre des Déchargeurs)
Réservation : 01 48 74 76 99
www.theatrelabruyere.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)