Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 novembre au Théâtre de Poche Montparnasse

« Les deux frères et les lions » Réduc’Snes

Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même manière, assis dans des fauteuils identiques, nous racontent leur vie. Nés dans un milieu pauvre en Écosse, vendeurs du Daily Telegraph dans les rues, ils vont s’enrichir, construire un empire formé d’immobilier, d’hôtels de luxe, de chaînes de télé et comme « ils ne lâchent jamais rien » ils rachèteront le journal où on avait refusé de les écouter, le Daily Telegraph ! Leur devise « discrétion et secret » les pousse vers les paradis fiscaux et ils finissent par acheter dans les îles anglo-normandes, l’île de Breqhou où ils se font construire un énorme château bunker. Sachant tirer parti de tout, créant des fondations à condition d’en tirer un profit honorifique qui leur assurera encore plus de pouvoir et de richesse, anoblis par la Reine, ils se sentent les maîtres du monde jusqu’au jour où, voulant transmettre leur empire à leurs filles, ils découvrent que leur île dépend de l’île de Sercq soumise au droit normand et que celui-ci n’accorde aucun droit aux filles dans les successions !

Théâtre : les deux frères et le lion

Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre a écrit cette histoire, assisté par une maître de conférence en droit normand Sophie Poirey, une histoire qui paraît hallucinante et qui pourtant est vraie, l’histoire de deux hommes qui, à coup d’intuition, de travail, de volonté et de chance, deviennent de puissants et égocentriques hommes d’affaires qui cherchent à « disparaître pour échapper à leur principal ennemi l’État » ! L’idée que ces partisans d’un capitalisme ultra-libéral et cynique se retrouvent bloqués par les règles d’un droit archaïque, que les habitants de Sercq défendent au nom de leur identité, est plutôt plaisante. Ils sont prêts à tout pour l’emporter, du blocus de l’île, allant jusqu’à la priver d’eau potable pour les écoles et à réduire au chômage la moitié de ses habitants, jusqu’à l’assistance d’un cabinet d’avocats célébrissime de New-York. Y parviendront-ils ?

La mise en scène de l’auteur assisté par Vincent Debost épouse l’atmosphère du conte. On est dans le salon d’un manoir anglais, avec sur le mur la tapisserie de la Dame à la Licorne, où les deux frères tout en buvant leur thé, commencent à nous raconter leur vie. Le récit alterne avec des séquences où ils la jouent, tandis que défilent en vidéo des lieux : les bagarres dans leur village écossais, le hall d’un hôtel, Fleet Street et le siège du Daily Telegraph.

Lisa Pajon et Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, tous deux très convaincants, sont les deux frères. Ils ressemblent à ces personnages de conte qui, sous un aspect ordinaire, cachent un côté monstrueux. Ils sont ces milliardaires vieillis qui, à la différence d’un Berlusconi, ont compris tout le profit qu’ils pouvaient tirer de la discrétion et du secret. Leur gémellité, leur façon de parler en choeur ou de finir la phrase de l’autre, ajoute au côté intrigant à l’histoire. Vieillissant, ils se plient un peu sous l’effet de l’arthrose mais ne cèdent jamais. Ils se battent jusqu’au bout, persuadés que pour des gens comme eux rien n’est impossible, sûrs qu’on peut tout obtenir si on est prêt à y mettre le prix. On se passionne pour le grain de sable (un droit, certes moyenâgeux et sexiste, mais auquel sont attachés les îliens) qui vient gripper leurs plans. On connaissait la fiscalité avantageuse des îles anglo-normandes, mais il y a d’autres particularités surprenantes dans le droit qui s’y applique et pour nous l’avoir fait découvrir, ce spectacle est un petit bijou !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Au but »
    Une mère et sa fille ont assisté à la représentation d’une pièce de théâtre d’un jeune auteur, Sauve qui peut . La fille a aimé et applaudi. Dans un premier temps la mère a trouvé que « le texte ne... Lire la suite (24 septembre)
  • « Les vibrants » de Aïda Asgherzedeh
    En 1914, Eugène, beau jeune homme vif et insolent, part à la guerre comme engagé volontaire. Atteint par un éclat d’obus à Verdun, il a la moitié du visage arrachée et compte parmi ceux qu’on a appelé... Lire la suite (24 septembre)
  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (16 septembre)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (11 septembre)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (11 septembre)