Contenus et pratiques : ressources, actualités, publications

Les disciplines dans le rapport Mathiot

Comment passer de séries cohérentes identifiées… à l’addition de briques disciplinaires

Vous trouverez ci-dessous nos analyses discipline par discipline, par ordre alphabétique :

- Enseignements artistiques : Rapport Mathiot : quelle place pour les enseignements artistiques au lycée ?

- Enseignements technologiques : Les formations technologiques et le rapport Mathiot et Quelle technologie pour tous dans le rapport Mathiot

- Français : Les enseignements de français et de littérature dans le rapport Mathiot

- Histoire-géographie : Une discipline réduite à la portion congrue dans le Rapport Mathiot

- Langues anciennes : Les LCA dans le rapport Mathiot : la portion congrue

- Langues vivantes : Rapport Mathiot et LVER : de quoi s’inquiéter !

- Mathématiques : Lycée et bac selon le rapport Mathiot : le point de vue des maths

- Philosophie : Rapport Mathiot : fausse bonne nouvelle pour la philo... Nous ne boirons pas la cigüe !

- Sciences de la vie et de la Terre : Les SVT dans le projet Mathiot... en voie de disparition ?

- Sciences physiques et chimiques : Rapport Mathiot en PC : beaucoup d’inquiétudes

- SES : Les Sciences économiques et sociales dans le rapport Mathiot

Ces analyses sont à croiser avec les analyses générales du SNES-FSU sur la structure et l’organisation du lycée

L’organisation du lycée général et technologique prônée par ce rapport est une organisation en modules disciplinaires indépendants les uns des autres. Les élèves partageraient des modules du tronc commun complétés par des modules d’approfondissement au choix. La semestrialisation des enseignements en seconde serait catastrophique pour les élèves les plus éloignés de la culture scolaire qui devraient déjà avoir fait un choix en fin de troisième. L’organisation des enseignements serait semestrielle, ce qui laisse une place au risque d’annualisation des services des enseignants.
Cette conception du lycée détruit le principe des séries et la cohérence nécessaire entre les enseignements de chaque série.

Les élèves ne seraient logiquement plus dans des classes, mais dans des groupes à géométrie variable en fonction de leurs choix d’enseignements, ce qui serait ingérable pour l’organisation du lycée et peu propices aux apprentissages car la cohésion du groupe-classe est importante pour apprendre.

Cette organisation complexe, un peu sur le modèle de l’Université, risque d’aboutir à une concurrence délétère entre les disciplines et les établissements, et de compliquer fortement l’écriture des programmes disciplinaires qui devraient être prêts pour la rentrée 2019, ce qui nous paraît inenvisageable au regard du temps nécessaire pour construire de nouveaux programmes.

Autres articles de la rubrique Contenus et pratiques : ressources, actualités, publications