Communiqués

Les données scolaires du Ministère de l’Education bradées aux GAFAM !

Initiative personnelle d’un directeur d’administration centrale ou préfiguration d’une nouvelle politique numérique dans l’éducation ?

Un revirement lourd de conséquence vient d’être opéré au ministère de l’éducation nationale : avant la nomination du nouveau ministre, le directeur du numérique pour l’éducation incite clairement les cadres académiques à l’utilisation des outils des grandes multinationales du numérique (notamment les GAFAM, Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) au mépris de la protection de l’identité numérique des élèves et des personnels. Il ignore délibérément les risques évoqués par la CNIL sur le traitement possible des données personnelles et scolaires des élèves (souvent mineurs), données particulièrement sensibles, et qui les suivront longtemps.
Le ministère avait jusqu’à présent soutenu une architecture des systèmes d’information garantissant la protection des données personnelles et scolaires des élèves et des personnels. Cet abandon d’une politique nationale cohérente va fragiliser les personnels en les plaçant dans une position déontologiquement discutable, alors qu’ils ne maîtrisent pas forcément les enjeux juridiques complexes de ces questions.
Le directeur du numérique encourage ainsi l’ouverture des annuaires académiques et des établissements aux grands fournisseurs de services du Web. Cela, semble-t-il, sans concertation ni au sein de l’administration centrale, ni avec les recteurs, et alors que la présidente de la CNIL déclarait récemment que « la France doit garder la souveraineté de ses données scolaires » ! Et il le fait, au détriment de toutes les procédures normales, en adressant un message par mél aux cadres académiques en charge du numérique et des systèmes d’information.

Les organisations signataires jugent inacceptables que les grandes multinationales du numérique puissent puiser à leur guise dans les données personnelles des élèves et des enseignants.

Elles s’inquiètent qu’une telle décision aussi lourde de conséquences pour les personnes et la souveraineté des données puisse être prise par simple mél. Elles dénoncent cette tentative de passage en force contraire à l’État de droit et saisiront la CNIL et la Direction des affaires juridiques du ministère sur cette question. Elles demandent au nouveau Ministre de l’éducation nationale de clarifier rapidement sa position sur cette question.
Elles demandent également l’ouverture au plus vite d’une concertation sur le droit du numérique à l’Ecole.

La CGT EDU’CATION, le SNES-FSU,

- Le Café pédagogique - Numérique : Le ministère ouvre la porte à Google, http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2017/05/16052017Article636305160274839331.aspx

- Céline Authemayou - Pour la CNIL, "la France doit garder la souveraineté de ses données scolaires",http://www.letudiant.fr/educpros/entretiens/isabelle-falque-pierrotin-l-education-est-un-objectif-strategique-de-la-cnil.html

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Lettre du SNES-FSU
    Monsieur le Président de la République, Vous venez d’être élu à la présidence de la République dans un contexte difficile. Les inquiétudes et colères qui ont conduit à l’accès au second tour de la... Lire la suite (16 mai)
  • Trahison du dialogue social
    Depuis la création du corps (1989), les conseillers d’orientation-psychologues ne pouvaient bénéficier de l’accès à l’échelle de rémunération de la hors-classe qu’en devenant directeur de CIO, et donc en... Lire la suite (12 mai)
  • Communiqué FSU
    Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle indiquent que la représentante du Front national est qualifiée pour le second tour. La FSU considère avec une extrême gravité la montée de... Lire la suite (27 avril)
  • Espé de Grenoble : stagiaires en lutte !
    « Débordés, épuisés, stressés, infantilisés », ce sont là les témoignages de trop nombreux collègues entrant dans le métier... D’une année sur l’autre, le ras le bol est toujours aussi vif, les motifs de... Lire la suite (12 avril)
  • Communiqué de presse - concours réservé et examen professionnalisé
    Inscrit dans la loi du 12 mars 2012, dite « loi Sauvadet », ce dispositif de recrutement réservé aux contractuels avait pour ambition de résorber la précarité des enseignants, conseillers principaux... Lire la suite (5 avril)