Actualité théâtrale

Jusqu’au 31 mars au Théâtre de la Bastille

« Les émigrants »

S’inspirant du livre de W.G. Sebald Les émigrants , Volodia Serre reprend le parcours migratoire à travers l’Europe et jusqu’aux États-Unis de quatre hommes, plus ou moins liés à l’auteur. Le premier est un vieil aristocrate vivant en ermite dans la campagne anglaise et qui logea Sebald lors de son arrivée au Royaume-Uni. Le second est l’ancien instituteur de Sebald dans son village allemand, le troisième est un oncle de Sebald, parti aux États-Unis comme majordome d’un riche héritier, le dernier est un peintre rencontré dans son atelier de Manchester. Tous ont en commun d’avoir émigré et trois d’entre eux se sont suicidés. Les parents du premier, Juifs lituaniens, partis pour l’ « Amerikum » au début du siècle avaient atterri à Londres. Le second était précepteur en Suisse quand les biens de ses grands-parents juifs allemands ont été confisqués et que ses parents ont été déportés. Après la guerre il est revenu en Allemagne où il est devenu un instituteur peu conformiste et où il a fini par se donner la mort. Le troisième devient à New-York le majordome et peut-être l’amant d’un riche excentrique, ingénieur inventif et champion de polo. Quand celui-ci sombra dans la folie, l’oncle de Sebald s’enfonça doucement à son tour. Le dernier enfin, le seul à être encore en vie, est un peintre que ses parents ont réussi à faire partir mais qu’ils n’ont jamais pu rejoindre car ils ont été déportés.

Théâtre : Les émigrants

Sebald enquête sur ces « fantômes » dont il ne reste que le souvenir de fragments de vie qui se répondent de façon subtile. Volodia Serre s’est interrogé pour savoir comment transposer au théâtre ce récit où il y a peu de dialogues, sinon un dialogue avec le temps où les morts viennent révéler un peu de leur mystère. Il a eu l’idée lumineuse d’entraîner les spectateurs dans une émission de radio qui se fait en direct sur le plateau et assure le lien entre les quatre récits. Une présentatrice (Gretel Delattre) introduit les trois intervenants (Olivier Balazuc, Pierre Mignard et Volodia Serre). Après un moment où ils partagent leurs impressions sur l’auteur, chacun prend tour à tour en charge un des « fantômes » ou encore le personnage du narrateur tel que l’a évoqué Sebald. La réalité de ces fantômes est attestée par quelques clichés fanés en noir et blanc qui s’affichent en fond de scène. La mémoire surgit au gré de ces photos, d’un titre de journal ou de chansons. Quand s’élèvent les voix graves de Marianne Faithfull ou Léonard Cohen, le spectateur a le cœur serré. Les déplacements de ces migrants s’affichent en fils rouges que l’on tend entre des points situés sur des cartes géographiques. On voyage avec eux : un demi-mètre carré de pelouse synthétique où gisent quelques pommes et l’on est en Angleterre, un train électrique et l’on est là où mourut l’instituteur, une roulette et l’on est transporté au casino de Deauville. Les spectateurs sont pris dans une sorte de vertige où se mêlent les fantômes du passé, les photos, la musique et leur propre imaginaire.

En cette année où la question des migrations occupe bien des scènes de théâtre, ce travail intelligent et sensible de Volodia Serre et de son équipe vient heureusement nous rappeler que les migrations sont inhérentes à toutes les sociétés humaines, qu’elles sont souvent imposées plus que choisies et ce qu’il fait sur ce sujet est magnifique.

Micheline Rousselet

Partie 1 les 20, 22, 27 et 29 mars à 19h, Partie 2 les 21, 23, 28 et 30 mars à 19h. Intégrale les samedis 24 et 31 mars à 17h

Théâtre de la Bastille

76 rue de la Roquette, 75011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 57 42 14

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Trois textes de Marie Ndiaye sur scène : "Rien d’humain", "Les Serpents", "Hilda"
    Trois metteurs en scène très différents pour servir trois textes de Marie Ndiaye qui traitent de sujets proches, l’autorité, la possession, le vampirisme. La langue de cet auteure singulière va sans... Lire la suite (Mars 2008)
  • "L’Ingénu" d’après Voltaire
    L’Ingénu dit avec franchise et sans retenue ce qu’il pense. Au cours d’un voyage à travers le monde, il s’arrête en Bretagne, l’endroit de ses origines. Il y rencontre l’amour, la religion et des... Lire la suite (Février 2008)
  • "Les riches reprennent confiance"
    Louis-Charles Sirjacq a écrit "Les riches reprennent confiance" il y a une dizaine d’années. Les deux personnages principaux de la pièce, hommes d’affaires insatiables, aveuglés par le profit ont... Lire la suite (Février 2008)
  • "L’hôtel du libre-échange" de Feydeau
    Une succession d’événements imprévus et de quiproquos réunissent à l’hôtel du libre échange un expert en bruits suspects, sa femme prête à le tromper avec son meilleur ami, un avocat bègue et ses quatre... Lire la suite (Février 2008)
  • "Le Classique et l’Indien"
    Lorsqu’on pose à Gérard Garouste la question de savoir à quoi ressemble Le Classique et l’Indien, s’il s’agit de Théâtre ou d’une performance, il répond que le spectacle tient un peu des deux, qu’en tous... Lire la suite (Février 2008)