Actualité théâtrale

au Lucernaire

"Les enfants du paradis" Á partir du 5 février

« Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment comme nous d’un aussi grand amour ». La réplique gouailleuse d’Arletty résonne toujours dans notre mémoire. Les enfants du paradis a été désigné par les critiques comme le meilleur film de tous les temps, à l’occasion du centenaire du cinéma, et classé au patrimoine de l’UNESCO. C’était donc un défi que de décider de faire une adaptation pour le théâtre du scénario original. En accord avec la petite-fille de Prévert, Philippe Honoré, l’habituel complice de Philippe Person, qui signe ici la mise en scène, s’y est attelé avec bonheur. Pas de costumes ni de décor d’époque, l’action a été resserrée autour des personnages principaux. On goûte avec gourmandise les dialogues de Prévert, cet amoureux des mots qui les assemblait, s’en amusait et savait leur donner force et vie (« Vous avez la tête trop chaude Pierre-François et le cœur trop froid. Et moi je crains les courants d’air », dit Garance).

Philippe Person a eu la bonne idée de s’échapper du film tout en faisant des clins d’œil au cinéma. Ainsi dans la scène entre Garance et Baptiste, où celui-ci n’ose pas déclarer son amour, tout se passe sous le regard d’une caméra et d’un preneur de son, accompagné par la musique de In the mood for love, une autre histoire d’amour qui n’ose s’avouer. Alors que dans Les enfants du paradis, c’est un rideau de théâtre que lève Lacenaire pour révéler le baiser de Baptiste et Garance, là c’est une projection de ce baiser qui envahit tous les côtés de la scène. La mise en abîme de la représentation, au cœur du film, est reprise habilement : ambiance de fête foraine, théâtre dans le théâtre avec Frédérick Lemaître (excellent Philippe Person) mimant la grande scène d’Othello, malles sur scène avec une inscription renvoyant à la chanson de Prévert Je suis comme je suis. L’humour côtoie l’émotion. La coupure entre les deux parties du film est marquée par un Entracte écrit sur l’une des malles, tandis que l’on entend Les feuilles mortes de la version Montand à celle de Dalida en passant par une improbable version latino !

Autour de Florence Le Corre-Person, qui campe une Garance moins gouailleuse mais plus moderne dans ses sentiments qu’Arletty, tournent ses trois amoureux, Philippe Person, le comédien flamboyant et Yannis Bougeard, qui incarne à la fois Baptiste, l’amoureux timide et déchiré et Lacenaire l’anarchiste enflammé. Sylvie Van Cleven campe une Nathalie qui veut croire que son amour peut tout emporter et incarne aussi Debureau père. Il y a de la gaîté, mais aussi de la nostalgie, de l’anticonformisme et un grand désir de liberté. On écoute les dialogues de Prévert et l’on sort tout joyeux.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS
Réduc’SNES sur réservation : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)