Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Le coin du polar

« Les étranges talents de Flavia de Luce », de Alan Bradley, Une peste.

Flavia de Luce a 11 ans. Une enfant surdouée qui s’attaque à ses sœurs, 17 et 13 ans, pour leur faire subir les pires avanies qu’elle prépare dans son laboratoire cependant que son père – veuf et qui chérit le souvenir de sa femme – collectionne les timbres. L’intrigue se développe donc autour de ces timbres-poste rares et chers, qui ont quelque chose à voir avec l’enfance du père, au moment où il était collégien ou lycée. L’action se déroule dans les années 50 mais pourrait prendre pour cadre n’importe quelle autre période.

Flavia mène l’enquête. « Les étranges talents de Flavia de Luce », le titre français ne rend pas compte de l’exergue : « De la tarte à la crème peu importe la cuisson/Si un peu de douceur ne se trouve tout au fond », une sorte de description de cette enfant.

Alan Bradley, spécialiste de Sherlock Holmes à qui il a consacré un livre, 70 ans au moment de l’écriture du livre, a voulu, sans doute, réglé ses comptes avec le monde. Cette fille de 11 ans est effrontée et aussi intelligente que Agatha Christie et Alice – celle du pays des merveilles – réunies. C’est peu dire qu’elle raisonne. Un peu trop. Malgré tout, l’enquête se laisse lire et on peut rire des facéties de cette petite peste.

Nicolas Béniès.

« Les étranges talents de Flavia de Luce », Alan Bradley, 10/18/Grands détectives.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues