Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

un film de Stefan Ruzowitzky

"Les faussaires" sortie en salle le 6 février

Nous sommes en 1936 à Berlin. Salomon Sorowitsch est le roi des faussaires spécialisé dans la reproduction des billets de banque. Trahi sous l’Allemagne nazie, il se retrouve dans le camp de Sachsenhausen où existe un certain confort et où le Commissaire Herzog prépare l’opération Bernhard qui vise à affaiblir l’économie des alliés. Sorowitsch est chargé par les hautes instances de reproduire à grande échelle des livres sterling et des dollars américains. Le travail de reproduction des devises doit être reconnu parfait par un groupe d’experts juifs à défaut de quoi les faux monnayeurs seraient exécutés. La question est posée : faut-il sauver sa peau en acceptant la mission et en la menant à bien ou faut-il interroger sa conscience ? Ce sont à peu près 134 millions de livres sterling qui ont été contrefaites, c’est à dire le triple des réserves monétaires dont disposait la Grande Bretagne à l’époque. Le maître faussaire fit de son mieux pour démontrer son talent alors que d’autres, afin de retarder le processus d’impression altéraient les produits nécessaires à l’impression des billets. L’un des rares survivants du camp ayant participé à l’opération Bernhard, Adolf Burger, en a écrit un livre, "L’atelier du diable", dont le film a été tiré.

En abordant un chapitre peu connu de le seconde guerre mondiale, Stefan Ruzowitzky traite son thème privilégié : l’idéalisme déjà abordé dans "Tempo", "The inheritors" ou "Anatomie". Il réussit à éviter l’ obstacle majeur qui menaçait le film, le manichéisme et il est servi par des comédiens remarquables dont Karl Markovics (Salomon Sorowitsch) et August Diehl (Adolf Burger). Une narration un peu lancinante et une photo un peu austère évite les effets. Les faussaires est un film d’une grande sobriété. Il remplit à tout point de vue son objectif, traiter au plus juste cette page d’histoire méconnue.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)
  • « Les visages de la victoire »
    Elles s’appellent Cherifa, Aziza, Janiaa, Mimouna. Ce sont des femmes de l’ombre, de celles à qui on donne rarement la parole. Femmes d’immigrés de la période des trente glorieuses, elles ont dû... Lire la suite (8 mars)
  • « Haingosoa »
    Haingo est une jeune mère célibataire malgache qui peine à joindre les deux bouts. Elle n’a pas les moyens d’acheter la blouse d’uniforme qui est la condition sine qua non pour que sa fillette soit... Lire la suite (3 mars)

Mots-clés