Actualité théâtrale

Jusqu’au 11 avril

"Les fiancés de Loches" de Georges Feydeau, mise en scène Jean-Louis Martinelli

Gévaudan, son frère Alfred et leur sœur Laure sont venus à Paris avec la ferme intention de trouver l’âme sœur. Mais à la suite d’un malentendu, au lieu de l’agence matrimoniale prévue, ils se retrouvent sans le savoir dans une agence de placement pour gens de maison.
Au même moment le Docteur Saint Galmier, directeur d’un hôpital psychiatrique est à la recherche de trois domestiques. Gévaudan, Alfred et Laure répondent à l’annonce et voient en St Galmier, sa fiancée Léonie et sa sœur Rachel ceux qu’on leur propose comme futurs conjoints.
A la suite de nombreux quiproquos, Saint Galmier prend, à cause de leur curieux comportement, les provinciaux pour les trois déments dont on vient de signaler l’évasion d’un hôpital psychiatrique…
Même si le choix des textes qu’il mit en scène se resserra ces dernières années, autour de Lars Nören ou d’Aziz Chouaki, Jean-Louis Martinelli s’est montré au contraire très éclectique et on retrouve associés à son travail des noms d’auteurs aussi différents que Céline, Eustache, Fassbinder ou…Pagnol.
Il manquait Feydeau et la programmation de cette saison remédie à ce manque.
Le burlesque, il l’avait abordé d’une certaine façon avec "Une virée" ou "Les coloniaux" d’Aziz Chouaki, également avec "Schweyk" ou "La république de Mek-Ouyes" de Jacques Jouet.
Cette fois-ci, il s’attèle à une œuvre de jeunesse (en 1888, quand il écrit "Les fiancés de Loches" Feydeau a vingt six ans) de celui qui s’empara du vaudeville là où l’avait laissé Labiche.
Pour cette mise en scène, Jean-Louis Martinelli a choisi de faire jouer ses comédiens dans un contexte et des costumes actuels.
A la question de savoir si le fait de jouer en costumes actuels une langue aussi datée que celle de Feydeau ne représente pas un risque, le metteur en scène qui ne touchera pas au texte original, répond que ce sera au contraire, l’occasion d’une "mise à nu" de l’écriture du célèbre auteur de vaudeville.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers – 7 avenue Pablo Picasso 92 022 Nanterre.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00 ou www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le paradoxe des jumeaux » de Jean-Louis Bauer et Elisabeth Bouchaud.
    Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie va poursuivre seule et avec la même détermination ses recherches sur la radioactivité avant de faire des découvertes majeures sur le radium et le polonium.... Lire la suite (22 novembre)
  • « Price »
    Dans une petite ville américaine, où l’industrie décline tandis que la pollution et le chômage augmentent, Dany, qui vient de terminer le lycée, s’interroge sur son avenir, tout comme ses copains Larry... Lire la suite (22 novembre)
  • « Carnet de notes »
    Ils sont sept, quatre filles et trois garçons, sans oublier quelques instruments de musique, et l’on s’embarque avec eux pour un voyage dans l’école, de la primaire au lycée. Avec eux on est élève,... Lire la suite (21 novembre)
  • « Le soliloque de Grimm »
    Une tente quechua passablement déglinguée, un fauteuil défoncé d’où déborde le crin, une radio, un jerrycan, une vieille affiche de théâtre, une chaise percée pour SDF du vingt-et-unième siècle, une... Lire la suite (21 novembre)
  • « Ça va ? » de Jean-Claude Grumberg.
    Rien de plus anodin que la première question qu’on pose machinalement à la personne de sa connaissance qu’on croise : « ça va ? ». Une question qui à priori, ne porte pas à conséquence puisque le plus... Lire la suite (18 novembre)