Actualité théâtrale

Jusqu’au 11 avril

"Les fiancés de Loches" de Georges Feydeau, mise en scène Jean-Louis Martinelli

Gévaudan, son frère Alfred et leur sœur Laure sont venus à Paris avec la ferme intention de trouver l’âme sœur. Mais à la suite d’un malentendu, au lieu de l’agence matrimoniale prévue, ils se retrouvent sans le savoir dans une agence de placement pour gens de maison.
Au même moment le Docteur Saint Galmier, directeur d’un hôpital psychiatrique est à la recherche de trois domestiques. Gévaudan, Alfred et Laure répondent à l’annonce et voient en St Galmier, sa fiancée Léonie et sa sœur Rachel ceux qu’on leur propose comme futurs conjoints.
A la suite de nombreux quiproquos, Saint Galmier prend, à cause de leur curieux comportement, les provinciaux pour les trois déments dont on vient de signaler l’évasion d’un hôpital psychiatrique…
Même si le choix des textes qu’il mit en scène se resserra ces dernières années, autour de Lars Nören ou d’Aziz Chouaki, Jean-Louis Martinelli s’est montré au contraire très éclectique et on retrouve associés à son travail des noms d’auteurs aussi différents que Céline, Eustache, Fassbinder ou…Pagnol.
Il manquait Feydeau et la programmation de cette saison remédie à ce manque.
Le burlesque, il l’avait abordé d’une certaine façon avec "Une virée" ou "Les coloniaux" d’Aziz Chouaki, également avec "Schweyk" ou "La république de Mek-Ouyes" de Jacques Jouet.
Cette fois-ci, il s’attèle à une œuvre de jeunesse (en 1888, quand il écrit "Les fiancés de Loches" Feydeau a vingt six ans) de celui qui s’empara du vaudeville là où l’avait laissé Labiche.
Pour cette mise en scène, Jean-Louis Martinelli a choisi de faire jouer ses comédiens dans un contexte et des costumes actuels.
A la question de savoir si le fait de jouer en costumes actuels une langue aussi datée que celle de Feydeau ne représente pas un risque, le metteur en scène qui ne touchera pas au texte original, répond que ce sera au contraire, l’occasion d’une "mise à nu" de l’écriture du célèbre auteur de vaudeville.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers – 7 avenue Pablo Picasso 92 022 Nanterre.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00 ou www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le banquet »
    Après s’être attachée à mettre en scène le monde des bureaux dans Open space en 2014, la comédienne, danseuse, auteure et metteuse en scène Mathilda May s’attaque, au sens propre du terme, au banquet... Lire la suite (16 octobre)
  • « La nostalgie du futur »
    Un jour quelque chose a bouleversé Catherine Marnas, directrice du TnBA, le télescopage d’un documentaire vu à la télévision, montrant la richesse obscène et vulgaire des dirigeants d’une société... Lire la suite (15 octobre)
  • « De la démocratie »
    En 1835, dans De la démocratie en Amérique , un aristocrate normand livre un portrait sans complaisance de ce système politique qu’il a observé lors de son voyage en Amérique. Il admire cette... Lire la suite (14 octobre)
  • « Jaz »
    Le corps d’une femme sculpturale, belle, puissante se tord. Elle parle et dit qu’on l’a toujours appelée Jaz. Derrière elle quatre musiciens de jazz lancent leurs notes plaintives ou révoltées. Jaz... Lire la suite (12 octobre)
  • « Le jour où j’ai appris que j’étais juif »
    Jean-François Derec est seul sur scène. C’est son histoire qu’il nous raconte et il part du début, son enfance à Grenoble. Il a dix ans, Christine en a onze. Elle lui propose de lui montrer ses seins... Lire la suite (12 octobre)