Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Andrzej Wajda (Pologne)

« Les fleurs bleues » Sortie en salles le 22 février 2017.

Son oeuvre a fait de Wladyslaw Strzeminski le représentant majeur de la peinture d’avant-garde dans la Pologne d’après-guerre.

Professeur enseignant à l’École Nationale des Beaux-Arts de Lodz, il est considéré par ses élèves comme le grand maître de la peinture moderne.

Mais les autorités en place ne partagent pas cet avis. Alors que de nombreux artistes vont se conformer aux exigences du parti, Wladyslaw Strzeminski lui, va lui résister .

Il va faire front aux premières manifestations d’intimidation dont il est victime mais bientôt l’acharnement destructeur va le submerger.

En dépit des soutiens dont il bénéficie et notamment de la part de ses étudiants les actions des autorités vont l’isoler en le privant des moyens de poursuivre son travail.

Il verra bientôt ses œuvres disparaître des salles où elles étaient exposées avant qu’elles ne soient saccagées et presque totalement détruites.

cinéma : les fleurs bleues

Andrzej Wajda, à qui l’on doit des œuvres cinématographiques majeures dans les années 70-90, fortement engagées comme «  l’homme de fer  » en 1981, «  Le bois de bouleaux  » en 1970 ou « les demoiselles de Wilko  », dresse avec «  Les fleurs bleues  » le portrait d’un homme intègre, un homme confiant dans ses choix dont la vie a été consacrée à la peinture et à l’art moderne.

Il dépeint les années allant de 1949 à 1952 au cours desquelles la soviétisation de la Pologne a pris sa forme la plus radicale et que dans le domaine de l’art, le réalisme socialiste est devenu la forme artistique obligatoire.

Avec sa femme qu’il a rencontrée dans un hôpital après avoir été blessé au front (il est amputé d’une jambe et d’un bras), ce sont les initiateurs de l’art moderne en Pologne dans les années 20 et 30. En 1929 ils fondent un groupe d’artistes constructivistes comprenant des peintres mais également des poètes et des écrivains.

Leurs recherches les conduit à devenir d’éminents artistes, elle dans le domaine de la sculpture, et lui dans la peinture abstraite. Dans le courant des années 30, ils publient une série de textes théoriques et acquièrent une réputation internationale.

Le film de Wajda décrit la chute d’un homme, fût-il un artiste d’importance, provoquée par des hommes en place qui se veulent théoriciens du réalisme socialisme.

Sur la volonté aveugle d’un ministre, communiste stalinien de la première heure, général de brigade,

Strzeminski est licencié de l’école qu’il a créée, ses œuvres et celles de sa femme sont retirées du Musée et la salle « Néo-plastique » où étaient exposées ses tableaux est détruite et repeinte en blanc.

Réduit à la pauvreté, Strzeminski devient étalagiste dans une boutique de vêtements. Il meurt de la tuberculose en décembre 1952, banni par les autorités.

Le sujet qu’aborde ici Andrzej Wajda qui dénonce la politique culturelle d’un régime totalitaire bridant toute tentative de création innovante, ne pouvait aller paradoxalement du côté de l’exercice de style cinématographique. La succession des faits pris dans une spirale négative et de destruction ne pouvait trouver efficacité que dans la forme académique, dans un déroulement linéaire des événements pour laquelle a opté le cinéaste.

On peut ajouter à la brillante filmographie de ce grand homme du cinéma polonais et mondial, ce film-ci que certains pourront considérer comme une œuvre mineure.

Il vaudrait mieux dire rigoureuse.

C’est au contraire une œuvre forte, brutale et cruelle. Totalement aboutie.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)