Actualité théâtrale

Jusqu’au 6 janvier au Lucernaire

« Les fourberies de Scapin »

À Naples, deux amis, Octave et Léandre, se sont chacun mariés en cachette de leurs pères qui rêvaient pour eux d’un autre mariage. Comment vivre avec celles qu’ils aiment sans être déshérités ?

C’est Scapin le valet roublard et imaginatif qui va venir à leur secours et faire triompher l’amour en dépit des pères abusifs.

Théâtre : les fourberies de Scapin

On retrouve dans cette comédie de Molière, qu’il a écrite deux ans avant sa mort, les thèmes qu’il a beaucoup traités, les pères qui veulent conserver leur pouvoir y compris sur la vie et les amours de leurs enfants, qui privilégient les relations d’argent à l’amour, les alliances des serviteurs avec les enfants contre leur père. Avec cette pièce, Molière retrouve l’esprit de la commedia dell’arte avec ses personnages flamboyants et ses scènes d’anthologie, celles du sac et de la galère par exemple.

L’esprit de troupe et le goût du théâtre populaire de la Compagnie L’éternel été ne pouvaient que s’épanouir dans cette pièce. Emmanuel Besnault, qui dirige la compagnie et met en scène la pièce nous entraîne dans un tourbillon joyeux où le jeu et la musique se servent sans cesse. Cinq comédiens, musiciens et chanteurs et un peu clowns aussi, vont se lancer dans cette aventure avec fougue. Les morceaux de bois qui constituent le décor deviennent portes ou navire. La voile du navire se déploie sur la salle et devient la cachette tempétueuse des fils. La scène du sac et celle de la galère sont revues avec beaucoup d’invention et de drôlerie.

La très bonne idée est de faire jouer par le même acteur l’un des amis et le père de l’autre. Ainsi Manuel Le Velly est à la fois Léandre et Argante, le père d’Octave, Schemci Lauth est Octave et le père de Léandre, Géronte. Pour autant les fils ne sont pas près de se mettre à la place de leur père ! Deniz Turkmen joue avec agilité tous les rôles féminins. Emmanuel Besnault incarne un Scapin débrouillard, roublard, à qui chaque respiration donne une nouvelle idée pour moquer et berner ces pères peu enclins à céder leur pouvoir, un Scapin tel qu’on l’imagine, capable de se tirer de tous les mauvais pas.

La musique, les chansons, le jeu qui tend parfois vers celui du clown enchantera les enfants. Quant aux adultes, ils se réjouiront de retrouver le ton de la commedia dell’arte, fidèle à la comédie de Molière, dans le spectacle truculent, coloré et joyeux que propose cette jeune troupe.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 17h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)
  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)