Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Xavier Beauvois (France)

« Les gardiennes » Sortie en salles le 6 décembre 2017.

1915. La ferme du Paridier. Une mère et sa fille ont pris le relève des hommes partis au front. Courageuses mais peu expérimentées, elles travaillent sans relâche sous le regard d’un grand père dans l’incapacité physique de les aider. Leur temps est rythmé par l’enchaînement quotidien des travaux et par les rares et brefs retours des hommes en permission.

Hortense finit pas engager une jeune fille de l’assistance publique rompue aux travaux de la ferme dont l’efficacité fait très vite l’admiration de tous. Bientôt, Francine croit avoir trouvé la famille qu’elle n’a jamais eue...

Cinéma : Les gardiennes

Le roman éponyme d’Ernest Pérochon qui fut publié en 1924 avait séduit la productrice Sylvie Pialat. Elle en avait parlé à Xavier Beauvois. Mais «  Les gardiennes » est resté pendant cinq ans à portée de main du réalisateur sans qu’il puisse se décider à lancer une adaptation.

Le roman de cet instituteur qui professait dans un village des Deux-Sèvres contenait trop de malheurs, trop de maladies, trop de morts et dans l’histoire imaginée par Ernest Pérochon, la présence d’enfants sur une période de quatre ans posait de gros problèmes de casting.

Si «  Des hommes et des dieux  » ne mettait en présence que des hommes, «  Les gardiennes  » est un film de femmes. Mais dans les deux, il est question d’une communauté et dans les deux, un décor unique, un monastère dans l’un ou une ferme dans l’autre, prennent une importance capitale.

Le sujet n’est pas très neuf et la question des femmes prenant le relais des hommes partis au front pendant la guerre a souvent été traitée au cinéma. Mais ici, Xavier Beauvois a considérablement réduit la dramatisation du sujet pour privilégier la vie des ces femmes dans lé périmètre de la ferme.

Le film ne cède à aucune facilité et gomme autant qu’il est possible tout débordement narratif. Les événements saillants sont absents jusqu’à ce qu’à cause d’un malentendu et du refus souterrain d’Hortense de voir Francine entrer dans la famille, celle-ci se voit remerciée et contrainte de quitter la ferme .

Dès l’instant du départ de Francine, le film prend un autre contour et la fin qui pourrait déconcerter au regard de tout ce qui a précédé, apporte au récit une sorte de bol d’air avec un décalage narratif audacieux.

On peut s’interroger sur les raisons qui ont amené Xavier Beauvois pour la mise en scène et Caroline Champetier à l’image, à nous proposer un film aussi attendu par son sujet et l’étonnante « beauté » de la photographie, par ces « chromos », ces crépuscules rougeoyants, ces options picturales.

La présence de comédiennes aussi inattendues dans un décor rural que Nathalie Baye grossièrement grimée ou de Laura Smet dans des tabliers-chasubles « couture » affaiblit la fresque paysanne.

Mais on peut tout autant retourner toutes ces faiblesses et les mettre à l’avantage du film et se dire, que pour contourner le danger que représente le cliché dans ce genre de film, Xavier Beauvois et Caroline Champetier ont pu opter pour des excès avoués...

C’est au choix...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)