Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Alain Resnais (France)

"Les herbes folles" Sortie en salles le 4 novembre

Jacques Rivette, avec son dernier film, laissait libre cours à la fantaisie et nous donnait un film jubilatoire.
Alain Resnais, avec une espièglerie presque juvénile, nous entraîne avec "Les herbes folles" dans la fantaisie, dans un récit qui n’a rien de raisonnable, entraîné par un grand vent de liberté…

Une femme se fait voler son sac alors qu’elle sort d’un magasin de chaussures haut de gamme. Un homme retrouve dans un parking souterrain le porte-feuilles contenant ses papiers. Elle s’appelle Marguerite Muir, elle est dentiste et possède une licence de pilotage d’avion. D’instinct il est séduit et n’a de cesse que de rencontrer cette femme qui elle, n’en voit pas l’intérêt. Les réticences de l’une ne font qu’exacerber le désir de l’autre. Leur rencontre éteindra la passion du monsieur mais éveillera celle de la dame. C’est du marivaudage à la Resnais. C’est drôle, intelligent, léger et ça a beau finir sur la fermeture éclair défectueuse d’une braguette de pantalon, ça reste de la même élégance.
C’est peut-être, tout comme Rivette qui n’a plus rien à prouver, que Resnais se lance dans une comédie imprévisible où les personnages échappent à toute psychologie, une fantaisie débridée qui va du coq à l’âne où l’un et l’autre ne cessent de commettre des actes irrationnels et à avancer avec autant de lucidité que d’aveuglement dans le flou où les plonge leurs débordements obsessionnels.
Les deux protagonistes font preuve d’une énergie considérable dans une obstinée course à l’erreur. Ils sont atteints du désir de désir. Lui, trouvant le moyen d’alimenter son besoin d’elle avant même de l’avoir vue ou d’avoir entendu sa voix au téléphone, elle faisant naître son désir au moment où il lui échappe, et c’est cette quête échevelée qui a donné à Alain Resnais l’idée du titre. Marguerite Muir et Georges Palet ont l’énergie et l’insolence de ces graines qui poussent avec vigueur dans des endroits improbables, une fente de l’asphalte ou entre deux pierres d’un mur…
"Les herbes folles" est l’adaptation d’un roman de Christian Gailly, et si la trame et les dialogues ont été respectés, comédiens et techniciens ont lu plusieurs livres de l’auteur pour mieux s’imprégner de l’atmosphère et de la musicalité de ses récits.
Sabine Azema et André Dussolier, en fidèles complices, jouent leur partition de façon échevelée, avec une élégance espiègle.
Les réalisateurs de la nouvelle vague d’il y a bientôt soixante ans ont gardé une fraîcheur d’inspiration de jeunes gens…
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)